Rencontres instrumentales #3: Marc et Thomas Loopuyt : les chemins du ‘ûd

Concert-conférence: «Silsila» ou la transmission musicale de génération en génération. Salon de musique (+2). Le vendredi 1er décembre à 12h30.

DR

Les rencontres instrumentales sont le fruit d'une collaboration entre le MEG et les Atelierss d'ethnomusicologie (ADEM). Lors de ce moment musical, des musiciens nous présentent leurs instruments et leur répertoire.
Le duo Silsila invite à partager une intense expérience au cœur de laquelle se tient solidement enraciné « l’Arbre des modes » : un fascinant réseau de mélodies et de rythmes se distinguant non seulement par leur ancienneté, mais aussi par leur capacité à s'épanouir dans l'instant présent à travers l'art de l’improvisation. Inspiré à la fois par les éléments de la nature, à l'échelle cosmique, et les humeurs de la médecine médiévale arabe, à l'échelle microcosmique, ce système qui unit musique, poésie, philosophie et science révèle une compréhension profonde de l'Homme, au-delà de ses apparences matérielles. Le luth ‘ûd figure comme l’un de ses plus nobles serviteurs. Sa mythologie l’associe au corps humain, sa caisse prenant la forme d'une cuisse, son manche d'un tibia et son chevillier d'un pied ; ses cordes - uruq - en seraient les veines et les ouvertures pratiquées sur sa table d’harmonie – uyun - les yeux. Celles et ceux qui le manient avec art savent en explorer l’âme et en faire surgir les multiples caractères (ethos).
Instrument de la méditation solitaire comme de l’échange, de la musique savante comme populaire, le ‘ûd appelle au dialogue : entre les artistes et leur public, entre la terre et le ciel, entre l’Homme et lui-même…
Le duo père et fils, Marc et Thomas Loopuyt, incarne le concept de transmission musicale cher à la tradition orientale. SILSILA, qui signifie en arabe « la chaîne », fait directement référence à un savoir-faire qui se transmet de maître à disciple, de génération en génération.
Marc Loopuyt a parcouru le monde musical oriental dans ses moindres recoins, ou presque, au fil de sa carrière : de l'Andalousie au Maghreb, de l'Azerbaïdjan à la Turquie, avec un attachement particulier pour certains maîtres comme Cinuçen Tanrekorur (Turquie) et Malik Mansurov (Azerbäidjan). Son fils Thomas Loopuyt, né à Fès, a choisi de suivre ses pas en apportant bien évidemment sa propre sensibilité, explorant le répertoire populaire marocain et le fasel turc. L’héritage se passe ainsi, en se renouvelant sans cesse, en cristallisant la tradition dans l'instant présent.
Cette rencontre instrumentale prend place dans le cadre de l’anniversaire des ADEM intitulé : 40 ans à l’écoute du monde (il sera célébré par un festival qui se tiendra du 17 septembre au 14 décembre 2023.
https://adem.ch/fr/40-ans-des-adem/40-ans-des-adem