Biennale d'Issy 2019: visite guidée de l'exposition Portraits contemporains : selfies de l'âme ?

L'artiste Joël Brisse et Chantal Mennesson, commissaire de l'exposition, vous présentent les oeuvres exposées au Musée.

  • Culture
  • ,
  • Education
  • ,
  • Loisirs
  • ,
  • Numérique
  • Biennale d'Issy
  • ,
  • Expositions
  • Musée Français de la Carte à Jouer
(c) David Lynch

Le portrait a démarré timidement dans l’histoire de l’art, à travers notamment ceux du Fayoum au Ier siècle après JC, des portraits funéraires s'inscrivant dans la tradition de l’Égypte antique ou encore l’un des premiers portraits européens du roi Jean le Bon, au milieu du XIVe siècle.

Exprimer sa vision de l’être humain S’emparant avec inventivité du genre, sans négliger la tradition du portrait en peinture où le sérieux l’emporte sur le sourire, les artistes s’expriment en toute liberté. Avec les médiums traditionnels ou le potentiel créatif offert par le numérique, ils s’arrêtent, pour les uns, sur la beauté du monde ou la représentation des forces et des faiblesses humaines ou, pour les autres, portent un message. Tous s’accordent à illustrer le mystère d’être au monde. Ainsi, la série de portraits de David Lynch ne vous laissera pas de marbre : cinéaste américain

mais aussi artiste plasticien, designer et musicien, ses photographies Small Stories vous proposent un voyage surréaliste dans le monde des émotions. Gérard Fromanger dessine au pastel un portrait d’Yves Klein en réseau, dans un entrelacs de dérives successives.

Jean Faucheur, icône de l’underground parisien, joue avec son visage qu’il fait disparaître dans ses autoportraits, à l’instar d’Anouk Grinberg qui met en scène des gueules froissées et dissimulées. Le numérique offre un nouveau potentiel créatif : ORLAN réalise des self-hybridations inspirées de l’Opéra de Pékin, et s’invente un avatar 3D en réalité augmentée. Muni d’un smartphone et de l’application adaptée, le visiteur pourra voir l’artiste se matérialiser en Reine des Masques bondissant hors de l’image ! Christian Lapie est mis à l’honneur et investit l’espace de ses figures spectrales taillées à la tronçonneuse dans des troncs d’arbres, et dressées à la verticale comme des vigies.

L'artiste Joël Brisse vous dévoile les subtilités des oeuvres exposées.

La Biennale s'expose aussi à la Médiathèque centre-ville.

Retrouvez la biennale OFF à la Médiathèque des Chartreux et aux Arcades.

Ne manquez pas la conférence du Musée avec Itzhak Goldberg et laissez-vous tirer le portrait par Loïc Jugue.

Biennale d'Issy, ORLAN, LYNCH, LAPIE, FROMANGER, FAUCHEUR, Musée Français de la Carte à Jouer

A propos du lieu

16 rue Auguste Gervais, 92130 Issy-les-Moulineaux

Situé à 200 mètres du métro « Mairie d’Issy » (ligne 12), le Musée de la Carte à Jouer est le seul établissement français consacré à la carte à jouer.

Mercredi, jeudi et vendredi : de 11h à 17h.
Samedi et dimanche : de 14h à 18h.

Juillet : du mercredi au dimanche de 13h à 18h.
Ouvert jusqu'au 14 août inclus.
Fermé les jours fériés et du 15 au 31 août.
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche.

Moins de 26 ans : gratuit.
Adulte : 5,20€ (3,90 € Isséens et Grand Paris Seine Ouest).
Tarif réduit : 3,90€ (2,80 € Isséens et Grand Paris Seine Ouest).

Accès: Métro, RER, bus

Musée Français de la Carte à Jouer