Champs de bataille - Photographies de Yan Morvan / Exposition

Exposition proposée dans le cadre de la 35e édition du D'Jazz Nevers Festival, en partenariat avec la Médiathèque Jean-Jaurès de Nevers.

  • Tout public
  • Culture
  • Exposition
@djazznevers

Yan Morvan est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands photojournalistes français. Ses nombreux scoops lui vaudront une reconnaissance et une notoriété internationales, mais également beaucoup d’ennuis : au Liban, il sera condamné à mort à deux reprises, y réchappant toujours de façon miraculeuse. En France, son travail pour Libération ou Paris-Match sur les gangs lui vaudra d’être pris en otage et torturé pendant trois semaines par le serial killer Guy Georges.
Au début des années 2000, son nouveau projet est de photographier les champs de bataille, de l’Antiquité à nos jours. « Pourquoi et comment photographier la guerre ? », est une question qu’il s’est souvent posée. Est-ce une volonté d’informer, de participer au mouvement de l’Histoire ? Comment raconter l’inracontable ? Ces lieux de batailles, parfois oubliés et perdus, peuvent-ils encore raconter l’Histoire ? « J’ai parcouru les champs de bataille d’Europe et de l’océan Pacifique, d’Afrique, d’Amérique, d’Asie. Certains sites sont dûment répertoriés, balisés, d’autres méritent un travail minutieux d’enquête et de localisation…»

"Champs de bataille" est publié en novembre 2015 par les éditions Photosynthèse : 660 pages, 430 photos de 250 lieux. Un livre monumental dédié aux millions de millions de morts de toutes les guerres, de tous les camps. De chaque champ de bataille, Yan Morvan connaît l’histoire et nous la livre, bataille par bataille. Si l’édition courante est magnifique, dans sa version luxe, ce livre est un chef-d’œuvre d’artisanat. La qualité du papier, de l’impression – sans parler de celle des images – est exceptionnelle.

L’exposition à la médiathèque de Nevers présente une sélection de photographies, toutes extraites du livre, et dont certaines ont inspiré le concert « Champs de bataille » présenté le 10 novembre dans le cadre du festival (cf. p. 20). Ainsi, vous découvrirez qu'il y a des images où la guerre est toujours visible, d'autres où la nature, ou encore la vie civile, ont repris leurs droits. Peu importe ce qui a pu repousser depuis, ou ne pas repousser, les lieux photographiés ont été choisis sans autre considération que leur importance historique.

Yan Morvan est né à Paris en 1954. Après des études de cinéma, il publie en 1974 sa première photographie dans le quotidien Libération, collabore avec l’agence Fotolib jusqu’en 1976, puis avec l’agence Norma. La même année, il publie son premier livre sur les rockeurs, Le Cuir et le Baston, prémices d’un travail sur les gangs qui durera vingt ans. Ensuite, il intègre l’équipe de Paris Match, puis celle du Figaro Magazine jusqu’en 1980. De 1980 à 1988, il rejoint l’agence Sipa et devient correspondant permanent de l’hebdomadaire américain Newsweek, pour lequel il couvre les principaux conflits : Iran-Irak, Liban, Irlande du Nord, Philippines, Rwanda, Kosovo…, la chute du mur de Berlin, et même le mariage de Lady Di, avec une photo qui fera le tour du monde. Ses reportages de guerre lui vaudront le prix Robert-Capa, deux prix du World Press Photo et de nombreuses récompenses décernées par les écoles de journalisme américaines.