Les mouvements sociaux au temps de la COVID Avec Geoffrey Pleyers

proposé par le Forum citoyen du Kremlin Bicêtre

Citoyenneté

Pour participer :
https://us02web.zoom.us/j/81265577943

ID de réunion : 812 6557 7943
Par téléphone : 01 86 99 58 31, 01 70 37 22 46, 01 70 37 97 29

La COVID a-t-elle redéfini les paramètres de la politique et mis fin aux mouvements sociaux ? La pandémie est considérée comme une sorte de catastrophe naturelle que l’on peut endiguer grâce à la discipline et l’autodiscipline de chacun, grâce à l’obéissance aux ordres des institutions politiques. L’État serait désormais le seul acteur capable et légitime d’agir dans ce sens ; l’avenir, « le monde d’après » si souvent évoqué lors du premier confinement, serait le résultat de ses actions. Les autres actions publiques, telles que les rassemblements, les manifestations etc., sont très difficiles ou impossibles et interdites car elles seraient inutiles et contreproductives. En effet, on constate très peu de mobilisations publiques.
Cependant, il n’y a pas d’adhésion enthousiaste à la politique du gouvernement et du Président de la République. Son appel à la « guerre contre le virus » en mars 2020 n’a pas provoqué une grande mobilisation et une union sacrée mais plutôt un sourire ironique.

Au-delà des actions strictement sanitaires, les politiques étatiques ont également sonné le glas du néolibéralisme qu’elles défendaient encore l’année dernière coûte que coûte ; l’État (français) renforce ses traits autoritaires. Les constats d’une crise sociale et économique font consensus (la crise écologique passe en général à la trappe) mais il n’y a pas de résistances contre ces crises et seulement peu de contestations de la politique menée par le gouvernement. Des mesures répressives, par exemple le couvre-feu, les restrictions de la liberté de circulation et de réunion, provoquent de temps en temps des mécontentements, mais elles sont grosso modo acceptées. Il règne un énorme fatalisme car il n’y a pas d’alternative dans l’espace public.

Les mouvements sociaux ont toujours représenté ces alternatives : des espaces d’expériences d’autres finalités et formes politiques. Leurs quêtes d’avenirs possibles ne connaissent pas de fatalisme car, selon la formule bien connue, « un autre monde est possible ». Par conséquent, on peut le construire. Néanmoins, après des mois de confinement et de restrictions des libertés civiles, on doit se poser la question de savoir si la COVID et les politiques greffées sur cette pandémie n’ont pas rendu les mouvements (sociaux) impossibles.

C’est pour cette raison que nous vous invitons à un débat sur l’état et les perspectives des mouvements (sociaux) en France comme ailleurs.
Geoffrey Pleyers ouvrira le débat avec un exposé sur les mouvements (sociaux) au temps de la COVID largement ouvert à la situation internationale.

Geoffrey Pleyers, spécialiste et activiste des mouvements (sociaux), est professeur de sociologie à l’Université Catholique de Louvain et Vice-Président de l’International Sociological Association.

Plus d'info sur le Forum citoyen du Kremlin Bicêtre : https://forumcitoyenkb.wordpress.com