Paradiso

Richard Maxwell & New York City Players / Théâtre - première tournée française

  • Culture
Sascha van Riel

Paradis blanc

Artiste incontournable, Richard Maxwell achève avec Paradiso son triptyque inspiré de La Divine Comédie de Dante. Dans un espace vide, une voiture s’avance, et un robot se lance dans un dithyrambe futuriste tandis que des individus, lentement, s’extirpent du véhicule : « Au fait, bienvenue au spectacle car ce qu’il y a de mieux dans une pièce de théâtre c’est qu’elle est l’endroit où nous nous réunissons ». Trois monologues suivent l’improbable prologue du robot, trois récits dont un évoque la mort de la mère du metteur en scène, reflétant dans un récit très singulier les derniers jours de la vie d’une femme, racontés par son fils. Se livrant à des séquences de pantomimes en forme de sculptures humaines composant comme des cairns sur le chemin de l’existence, les interprètes révèlent le paradis selon Maxwell comme un espace plus grand, plus vaste que la vie. Avec le sens de l’économie qui le caractérise, le leader du théâtre expérimental américain pose en toute simplicité, mais avec une grande intensité, la question : que reste-t-il quand tous les efforts ont été donnés, lorsque tout a été construit et que les combats sont terminés ?

EN // Richard Maxwell considers life after life in Paradiso - an american adaption of the Divine Comedy of Dante.

En anglais surtitré en français.

théâtre, dante, performance, robot

A propos du lieu

Créé par Carré-Colonnes vendredi 21 septembre - 15:05