La Huitième couleur

Dans La Huitième couleur, Éric Sanson et Concha Castillo nous embarquent pour une danse céleste au cœur de l’arène

Spectacle
  • Culture

Dans La Huitième couleur, Éric Sanson et Concha Castillo nous embarquent pour une danse céleste au coeur de l’arène. Le premier valse avec les mots d’Yves Harté, quand la seconde nous envoûte avec sa gestuelle aiguisée.

L’Homme face à son destin : la mort.

Un torero face à un taureau.

La pièce convoque des figures légendaires de la tauromachie : Paquirri, Curro Romero, Belmonte, El Cordobés. Dans l’arène, les matadors viennent affronter leurs peurs et défier la vie. Ils triomphent et sortent glorieux du combat ou y succombent.

Sur la scène, la danse est l’expression de l’incarnation du taureau et de l’homme à la fois, sans cesse confrontés, sans cesse réunis. Les deux opposants s’expriment dans le Flamenco puissant, rythmé, rituel et guerrier. Un double combat pour passer de l’ombre à la lumière, ou disparaître, à jamais.

« LA HUITIÈME COULEUR » : tous les jeudis, vendredis et samedis, du 9 janvier au 28 mars 2020, à 20h30 au Petit Théâtre à Bordeaux. Tarif : 20€ / Réservations 05 56 51 04 73

théâtre, flamenco, bordeaux