Concours Européen de la chanson philosophique

Grand débat : three points !

  • Culture

Massimo Furlan aime l’Eurovision : en 2010, au Festival d’Avignon, en combinaison pailletée mauve, il rejouait le concours de l’année 1973. Il ressort aujourd’hui costumes, perruques et chorégraphies kitsch, pour monter de toutes pièces une édition inédite du concours de l’Eurovision dont la forme n’a rien à envier à l’original. Sur le fond, en revanche, on laisse au placard les bluettes sentimentales pour des chansons à textes, des vraies. Car c’est à des spécialistes en philosophie, écologie, anthropologie… originaires de huit pays d’Europe qu’il a confié la tâche d’écrire ces derniers. L’inévitable jury, sorte de Top-Chef de la pensée locale, aura à en débattre et le public à désigner le vainqueur. Une opération de camouflage pour permettre à la pensée – scintillante dans sa robe en lamé – d’être entendue, partagée et comprise par tous : profond, drôle et insolite.