Trois expositions à la Fondation Custodia

Dessiner la figure en Italie - Anna Metz - Siemen Dijkstra

Exposition
  • Art contemporain
  • ,
  • Histoire
e-bb

La Fondation Custodia accueille du 15 février au 10 mai 2020 les expositions Studi & Schizzi. Dessiner la figure en Italie 1450-1700, Anna Metz. Eaux-fortes et Siemen Dijkstra. À bois perdu au sein de l’hôtel Lévis-Mirepoix du 121 rue de Lille à Paris.

STUDI & SCHIZZI : Dessiner la figure en Italie 1450 - 1700

La Fondation Custodia présente, dans des cadres anciens, 86 des 600 dessins italiens qu’elle conserve et qui furent collectionnés en grande partie par Frits Lugt, en l’espace d’un demi-siècle seulement. Sont à découvrir des œuvres exécutées par des artistes de la Renaissance au Baroque, parmi lesquels Filippino Lippi, Andrea del Sarto, Federico Barocci, les Carracci, Palma il Giovane ou encore Guercino.

Cette exposition est accompagnée d'un livret en français et anglais . La Fondation Custodia lance sa banque de données des collections en ligne à l'occasion de cette exposition.

Deux graveurs contemporains à la Fondation Custodia : Anna Metz et Siemn Dijkstra

La Fondation Custodia compte parmi ses vocations celle de faire découvrir au public français l’œuvre d’artistes contemporains. Au printemps 2020, elle présente, dans deux expositions distinctes, les créations graphiques de deux graveurs néerlandais : Anna Metz et Siemen Dijkstra qui consacrèrent leur carrière à explorer les possibilités offertes par la technique de l’estampe.

Anne Metz . Eaux-fortes

L’exposition d’Anna Metz (née à Rotterdam en 1939) retrace l’ensemble de son œuvre, de ses premières gravures dans les années soixante aux eaux-fortes polychromes de paysages arborés qu’elle a réalisées l’été dernier après un séjour en Espagne. La présentation s’intéresse plus particulièrement à son travail des vingt-cinq dernières années, car l’artiste a connu une évolution tardive. Devant subvenir financièrement aux besoins d’une famille de trois enfants, Metz n’a véritablement trouvé sa voie que dans les années 1990, après l’âge de 50 ans. Quand ses enfants ont pris leur indépendance, elle a pu expérimenter davantage la technique de l’eau-forte. Son œuvre est alors devenu plus graphique qu’autobiographique.

Siemen Dijkstra . A bois perdu

Siemen Dijkstra (Den Helder, 1968) vit et travaille dans le village de Dwingeloo, dans la Drenthe aux Pays-Bas, où il réalise de spectaculaires gravures sur bois en couleurs. Ce sont des estampes en fisheye, saturées de plantes et de branches, de vaguelettes et d’herbe. Mais à côté de tous ces détails, Dijkstra ne perd jamais de vue l’image globale : la lumière perçant à travers la végétation, les couleurs qui s’harmonisent, l’atmosphère légèrement brumeuse au loin. Le procédé de gravure à bois perdu qu’il utilise implique que chaque aplat de couleur est taillé individuellement dans une matrice de bois unique, et imprimé successivement sur le papier. Avec ses grands tirages qui se composent parfois de 10 à 18 couches de couleurs, l’artiste évoque, depuis son atelier, un monde extérieur éloquent.

Custodia, dessins, eaux-fortes, bois gravés