YVONNE, PRINCESSE DE BOURGOGNE

Une pièce de W. Gombrowicz par le Groupe Topo

YVONNE, PRINCESSE DE BOURGOGNE,

une pièce de W. Gombrowicz par le Groupe Topo

En un temps non précisé où la possibilité de royaume existe, le royaume supposé de Bourgogne, un système comme tous les autres. Ignace règne, Marguerite à ses côtés, sous la bienveillante vigilance de son Chambellan. Philippe, le prince y comble l’oisiveté dûe à ses rang et âge comme il le peut, avec insolence autant que possible et comme l’entend la tradition butinant les dames de la cour en compagnie de son ami de moindre royauté, Cyrille de Rien du Tout.

Délicieux, ce coucher de soleil

C’est alors que le Prince Philippe croise la route de Yvonne. Qui est-elle ? Yvonne n’est pas une dame de la cour, elle n’est pas une jeune jouvencelle en fleur attendant d’être butinée, elle n’est pas non plus une fille du peuple bavarde, vulgaire et provocante. La liste de ce qu’Yvonne n’est pas ne fait que commencer. Le Prince Philippe, pris dans les filets du silence d’Yvonne, décide de se fiancer et la ramène à la cour, le système de Bourgogne.

Dans ce système parfaitement équilibré, la pugnacité à s’auto-conserver repose sur l’accord tacite d’aveuglement entre ses membres : « Je ne regarderai pas si tu ne regardes pas ». Plus personne ne voit la saleté, donc la saleté n’existe pas. Absurde mais solide, jusqu’à la venue du regard silencieux de Yvonne.

Yvonne sera faite Princesse, mais “il ne s’agit pas du tout de noblesse”.

Créé par La Parole Demain mercredi 3 octobre - 07:44