Spectacle-rencontre : danse, musique et arts numériques

Grâce aux outils numériques, danseurs, chorégraphes et compositeurs dessinent de nouveaux horizons en faisant dialoguer leurs disciplines.

Fondation Royaumont

Longtemps, l’art total – celui qui mêlerait plusieurs langages artistiques – n’a été qu’une utopie. L’arrivée de nouveaux outils issus des fulgurantes évolutions de l’informatique permet aujourd’hui d’en approcher. Entre 2004 et 2010, un ingénieur, Christophe Lebreton, et un percussionniste, Jean Geoffroy, ont accompagné le compositeur Thierry De Mey tout au long de la création de sa pièce novatrice Light music. Depuis, les deux hommes n’ont cessé de perfectionner le dispositif qu’ils ont imaginé : avec leur « Light Wall System / interactive MotionSound System », ils abolissent la frontière entre mouvements chorégraphiques et gestes qui produisent sons et images. Les corps des interprètes se dédoublent et rebondissent sur des murs transformés en écrans, dans un saisissant chaos kaléidoscopique poétiquement maîtrisé. Pour la seconde édition du programme Opus, trois compositeurs, trois chorégraphes et une dizaine de danseurs sont invités à produire des œuvres qui explorent ces prémisses d’un art total. La présentation de leurs travaux est l’occasion de cheminer en leur compagnie vers ces nouveaux horizons…

danse, danse contemporaine

A propos du lieu

95270 Asnières-sur-Oise
  • Jardin patrimonial

Une abbaye royale, chef-d’œuvre de l’architecture gothique Fondée en 1228 par le jeune Louis IX – futur Saint Louis – et sa mère Blanche de Castille, cette abbaye royale rattachée à l’ordre cistercien connut au XIIIe siècle un grand rayonnement. Niché dans un cadre d’une beauté intemporelle, le monument a connu plusieurs vies, successivement monastère cistercien, abbaye de cour, site industriel, noviciat, hôpital de guerre, résidence de campagne. Classés au titre des monuments historiques en 1927, les bâtiments de l’abbaye sont disposés autour d’un magnifique cloître dont les galeries desservaient les lieux de travail et de prière des moines. Depuis 1964, la Fondation Royaumont (Goüin-Lang) pour le progrès des sciences de l’homme, conserve et enrichit ce patrimoine. Elle a restauré et réaménagé l’essentiel des bâtiments, notamment le cloître et le réfectoire des moines, qui reste l’un des plus beaux exemples de réfectoire gothique en France. L’abbatiale, détruite à la révolution, a laissé place à des ruines romantiques dans lesquelles un dispositif de lunettes stéréoscopiques permet d’en deviner les proportions grandioses. Aujourd’hui encore, la Fondation continue de revitaliser ce patrimoine à travers la présence d’artistes de la musique et de la danse et son ouverture à tous les publics.

Abbaye Royaumont AEROFILMS