La figure du baiser

Trois couples de danseurs nous invitent à les suivre dans un musée à ciel ouvert pour ressentir ce chavirement qui bouleverse les cœurs.

  • Adultes
  • ,
  • Tout public
  • Culture
  • Danse
JM Coubart

Sur le parvis de La Maison.
Frôlements de mains, regards appuyés ou coup d’œil fugace : ces petits gestes et moments suspendus symbolisent les prémices de la séduction lors d’une rencontre amoureuse. Fortement inspiré par la statuaire érotique et en particulier celle de Canova et du Bernin, six danseurs mettent en mouvement et en immobilité la rencontre comme l'étreinte amoureuse. Se délecter, apprécier longuement l'axe d'un regard, la main qui s'arrête avant le contact avec la peau, voyager en rêveries devant une épaule découverte ou dans la pression des doigts sur les cuisses. Presser, effleurer, griffer, tapoter, embrasser, allonger, mordre, enlacer, tordre, chatouiller... toutes ces actions se transforment en danse ! Évoluant au milieu du public, les corps se figent parfois en sculptures, invitant les spectateurs à les contempler de plus près, pour déambuler au milieu de cette galerie d’art. Une suite de poses et de danses énergiques permet de laisser résonner chacune d'entre elles dans nos têtes, comme une succession d'histoires possibles. Toutes les couleurs d'un amour physique qui n'oublie pas l'apaisement se relayent et questionnent notre manière - évidemment sensuelle - d’être à l’autre.
Laissez-vous transpercer par la flèche de Cupidon, en répondant présent à cette rêverie amoureuse !

Depuis la création de sa compagnie, Nathalie Pernette, danseuse et chorégraphe, présente ses spectacles partout en France et à l'étranger. L'activité de création, marquée par un goût pour l'expérimentation et la rencontre, emprunte différents chemins menant de la salle à l'espace public tout en cultivant la rencontre avec d'autres disciplines artistiques. La Figure du baiser est le deuxième volet du triptyque Une pierre presque immobile, il fait suite à La Figure du gisant.