Transition environnementale et communs

A partir d'expériences concrètes comment les communs peuvent-ils contribuer à la transition environnementale ?

Débat
  • communs
  • ,
  • biens communs
  • ,
  • Environnement
  • ,
  • Numérique
  • ,
  • Ile de France

A quelques semaines de la COP21, dont nul miracle n’est attendu, les initiatives ascendantes – villes en transitions, Alternatiba(s), circuits courts, consommations douces… –, portées par des collectifs pour transformer notre modèle de développement se multiplient. En quoi les Communs nous aident-ils à porter ces initiatives, à leur donner du sens politique ? Peut-on construire des communs au service d’un développement soutenable sans l’aide des politiques ?

Autour de :

Anne Le Strat, ancienne adjointe au maire de Paris en charge de la politique de l’eau et ancienne président d’Eau de Paris, à l’occasion de la parution de son livre « Une victoire face aux multinationales – Ma bataille pour l’eau de Paris » vient témoigner de son expérience de municipalisation de l’eau et de la complémentarité des rôles entre commoners et pouvoirs publics locaux autour de l’eau.

Denis Pansu, de la FING – Fondation Internet Nouvelle génération –, à travers l’expédition « Transitions au carré », croise transition écologique et transition numérique. Peut-on convoquer le numérique tout en échappant au déterminisme technologique et à la fascination pour les « green techs » ?

Benjamin Tincq de Ouishare, décrira la résidence POC21 qui s’est tenue en région parisienne pendant l’été 2015, au cours de laquelle 12 projets portés par des « makers » – développeurs, designers, ingénieurs…– ont conçu des dispositifs open source au service de la transition écologique.

Hugo Frederich d’Open Source Écologie France, présentera ce réseaux citoyen qui développe, puis met à disposition sous licence libre, du matériel et des technologies pour l’énergie, l’agriculture et l’autonomie. Il reviendra également sur sa participation à POC21.

Abdourahmane Seck, anthropologue et historien sénégalais, enseignant-chercheur en poste à l’Université Gaston Berger de Saint-louis du Sénégal, est actif dans plusieurs regroupements à caractère associatif, syndical, politique et culturel. Il vient de lancer un comité d’initiatives pour la création des Ateliers Populaires de Saint-Louis : espaces de transformation sociale par la coproduction de Communs.

Il témoigne, à travers une série de présentations de situations, de portraits et de repères chronologiques, les soubassements politiques à l’origine des dé-configurations qui ont chaloupé la dynamique de la société sénégalaise contemporaine, singulièrement, sa mise en (sous) dépendance alimentaire. Il témoigne aussi des dynamiques de résiliences en cours, en tentant d’en cerner tant les points d’espoir que les hoquets perturbants. Il ne manque pas de brosser, au passage, une réflexion sur le statut des Communs comme ressources de sortie de crise dans les sociétés africaines en général, mais aussi comme enjeux de débat avec la communauté internationale des commoners.

eau, numérique, openhardware

A propos du lieu