La biodiversité, un bien commun qui nourrit la planète

Les projets menés par Slow Food notamment en France et en Afrique pour protéger la biodiversité et les savoir et savoir faire, agricoles et culinaires, qui en sont indissociables.

Atelier
  • communs
  • ,
  • biens communs
  • ,
  • Economie solidaire
  • ,
  • Education
  • ,
  • Environnement
  • ,
  • Ile de France
  • ,
  • Afrique
  • ,
  • Journée Ile de France

Depuis le début du XXème siècle, nous avons détruit les trois quarts de la biodiversité agricole sélectionnée par les paysans depuis 10 000 ans. Aujourd’hui 75% des aliments de la planète proviennent d’à peine 12 espèces végétales et 5 animales[1].

Sélectionnées sur des critères (discutables) de productivité, transportabilité et plus généralement d’industriabilisation, elles sont logiquement devenues l’objet d’enjeux économiques colossaux.

Le risque que représente la privatisation des semences – base de notre alimentation – est évident. Mais la perte de biodiversité s’accompagne également de la disparition d’autres communs essentiels. Avec elle disparaît toute une palette de goûts. Des espèces animales et variétés végétales mieux adaptées à leurs territoires et plus résilientes face aux menaces, qu’elles soient d’ordre épidémiologiques ou climatiques. Des savoir-faire agricoles liés à leur culture ou à leur élevage, savoir-faire généralement plus affranchis d’une agriculture d’intrants, fortement dépendante au pétrole, antibiotiques et autres produits chimiques. Des savoir-faire culinaires, enfin, qui nous font choisir telle variété de poivron pour les farcis et telle autre pour conserver au vinaigre et à l’huile.

Clé de voûte de la gastronomie, au sens le plus large du terme, la biodiversité et les savoir et savoir-faire associés sont à ce titre l’objet de nombreux projets menés par Slow Food dans le monde entier. Ainsi l’Arche du Goût est un catalogue qui répertorie des milliers de produits traditionnels menacés de disparition. Les Sentinelles Slow Food sont des projets qui soutiennent des productions de qualité en voie d’extinction, protègent des régions et des écosystèmes uniques, réinstaurent des méthodes de fabrication traditionnelle, et sauvegardent les races natives ainsi que les variétés végétales locales. Les 10 000 Jardins en Afrique travaillent sur la récupération des semences autochtones, ainsi que des savoir-faire agricoles et pratiques culinaires liés à celles-ci.

[1] Source FAO

Animateurs / Intervenants : Nazarena Lanza, Abdourhamane Seck, Pascale Brevet, Eugenio Mailler pour SlowFood

Envie d'en savoir plus ? Consultez http://www.slowfood.fr/ pour ce qui concerne l'action francophone de SlowFood, et http://www.slowfood.com/ pour découvrir plus de projets liés à la biodiversité !

A propos du lieu

10 Rue Charles V 75004 Paris

Créé par Romain Lalande mardi 18 juillet - 21:09