Les Rencontres inter-mondiales des nouvelles manières de faire en architecture(s)

Journées de rencontres et de « cogit’action », sérieuses autant que joyeuses, dans le cadre des Journées Nationales de l’Architecture, sur le thème des nouvelles manières de faire en architecture(s).

  • Conférence
  • ,
  • Exposition
  • ,
  • Table ronde
  • ,
  • Visite architecturale
  • Autre
  • Sur inscription

IL Y A UN MONDE ET IL Y A DES MONDES

Il y a ceux qui cherchent l’expérience et ceux qui cherchent l’excellence.

Il y a également un espace commun qui se perçoit de plus en plus et qui grandit.

En effet, depuis quelques années nous assistons à un bouleversement sans précédent des manières de faire en architecture(s). Cela fait suite à une remise en question profonde, due

à des constats sur l’état de crise écologique, économique, urbaine, rurale et sociétale dans lequel nous sommes plongés.

Heureusement le sursaut a eu lieu. Il semble aujourd’hui collectivement admis qu’il est temps de refaire nos jeux, car rien ne va plus !

Dans cet élan transformateur, la ville, le territoire sont abordés avec un nouveau soin.

L’humain reprend une place centrale, on cherche à repérer le rapport sensible qu’il entretient avec son lieu de vie, on tente de l’inclure dans la décision politique, de le concerner, de le rendre à nouveau acteur de la cité.

Le territoire demande à nouveau l’écriture d’un récit. Il ne peut plus être appréhendé uniquement en terme de fonctions, de statistiques, d’usages. On y réclame du droit au doute, du lien et du mythe.

De son côté, l’architecte n’est plus le seul visionnaire qui pose de grands gestes. De nombreux collectifs apparaissent avec des démarches éthiques fortes, des visions croisées et des pratiques pluridisciplinaires.

L’art s’immisce dans toutes les étapes de fabrication.

Et la nature se réinvite dans le paysage avec ses vertus réparatrices et la crise écologique ne permet plus de la domestiquer comme avant.

Certains y voient du désordre, d’autres une nécessaire transition vers un nouvel équilibre.

Enfin la question de la frugalité s’impose. On réinterroge le “déjà là”, sur la base d’une nécessité économique mais pas uniquement. La question de notre relation au patrimoine récent, à l’éphémère, à la prise en compte de l’existant se pose plus largement.

Les 12 et 13 octobre 2017 les Rencontres inter-mondiales s’appuieront sur les expériences précédentes initiées par le SEA - Site expérimental d'architectures. Il s'agit d'aller plus loin dans la recherche de ces nouvelles démarches qui fabriquent, transforment, expérimentent, imaginent, racontent nos territoires et de mettre autour de la table les différents mondes qui conçoivent, fabriquent, façonnent nos lieux de vie, nos espaces communs.

Un partenariat Au bout du plongeoir, ANPU - Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine, la Fédé Breizh et le pOlau-Pôle des arts urbains.

Source: Ministère de la Culture

Crédits de l'image
ANPU / Au bout du plongeoir

Créé par AU BOUT DU PLONGEOIR jeudi 7 septembre - 13:30

- Contacter