Visite de l’église Sainte-Marie-Madeleine et son village

Pour la 40ème édition des journées européennes du patrimoine, l'église Sainte-Marie-Madeleine de Forcé vous ouvre ses portes.

celine.berson.mairie53@gmail.com

Pour la 40ème édition des journées européennes du patrimoine, l'église Sainte-Marie-Madeleine de Forcé vous ouvre ses portes.

Si l’on ne peut dater avec précision la construction de l’édifice, les sources à notre disposition la situent au 11ème ou 12ème siècle. L’édifice primitif de type roman ne devait comporter qu’une nef, mais fut agrandi d’un transept et d’un chœur au 17ème à chevet circulaire.

Les chapelles nord et sud datent du 18ème. Le banc seigneurial exécuté vers 1780 pour Jean René Pierre Le Clerc de la Jubertière qui achète la seigneurie de Forcé en 1780. La sacristie fut adjointe à l’extrémité de l’église vers 1895.

La reconstruction du chœur a été dirigée en 1837 par l’entrepreneur chaufournier Frédéric Ricosset. La chaire à prêcher date de 1839. Les contreforts de la façade ont probablement été remaniés au 15ème siècle et encadrent un portail grec en tuffeau daté « Deo Optimum Maximo sumptibus D. Jacquot 1840 » (grâce aux dons de).

En 1985, l’édifice a subi une cure de rajeunissement, dont le résultat s’offre aujourd’hui à nos yeux.

A propos du lieu

Place de l'église, 53260 Forcé
  • Édifice religieux

Si l’on ne peut dater de manière précise la construction de l’édifice, les sources à notre disposition la situent au 11ème ou 12ème siècle. L’édifice primitif roman ne devait comporter qu’une nef puis il fut agrandi d’un transept et d’un chœur au 17ème à chevet circulaire. Les chapelles nord et sud datent du 18ème siècle. La sacristie fut adjointe à l’extrémité de l’église vers 1895. Les contreforts de la façade ont probablement été remaniés au 15ème siècle et encadrent un portail grec en tuffeau daté par cette inscription « Deo Optimum Maximo sumptibus D. Jacquot 1840 » (grâce aux dons de). La reconstruction du chœur a été dirigée en 1837 par l’entrepreneur chaufournier Frédéric Ricosset. La vénérable dame eu droit à une cure de rajeunissement en 1985 dont le résultat s’offre aujourd’hui à nos yeux et fit dire à l’Abbé Saget dans une de ses chroniques : « La nef est terminée et la voûte a dépouillé son revêtement de plâtre pour revenir à son état primitif : poutres et lattes de bois apparaissent à nouveau, les murs ont retrouvés leur pureté et l’harmonie de l’ensemble ne peut échapper au visiteur, sitôt la porte franchie ». On procéda entre autre la même année à une réfection du sol en terre cuite de la nef et du transept, sans oublier les verrières.

Accès: Accès libre

Eglise Sainte Marie Madeleine