Un patrimoine historique : la ferme du château seigneurial de Montfermeil devenue Musée des Métiers

Histoire de la ferme du château devenue musée et visite du Musée des Métiers

  • Visite commentée / Conférence
  • Patrimoine pour tous
  • Gratuit
  • ,
  • Sur inscription
Musée des Métiers

La ferme du château fut pendant des siècles la plus importante installation rurale du plateau de Montfermeil. Elle fut construite vers 1635, à la même époque qu’une grande maison bourgeoise dont elle constituait alors les communs, la Maison de Bourlon, qui deviendra un peu plus tard le Petit Château.

En 1700, le ministre Chamillart alors seigneur de Montfermeil, réunit pour la première fois le Petit Château et ses communs à son domaine. Le ferme devient alors ferme seigneuriale. Acquise ensuite par la famille Hocquart, elle restera en sa possession, à l’exception de la période révolutionnaire, jusqu’au lotissement du domaine à la fin du XIXe siècle.

Les différents seigneurs, possesseurs de la majeure partie des terres de Montfermeil, firent prospérer la ferme. On y élevait le gros bétail, vaches et chevaux ainsi que des moutons et de la volaille, on y engrangeait les céréales et le fourrage sous les vastes toitures, un jardin potager complétait l’ensemble. La ferme constituait donc un revenu important avec ses productions multiples.

Entourée de murs et de hautes clôtures, la ferme du château était parvenue à peu près intacte jusqu'à la seconde guerre mondiale. En vente après la libération, l'ensemble fut acquis par un particulier qui ne pouvant assumer les lourdes charges d'entretien et de restauration fit démolir en 1947 toute la partie centrale puis vingt ans plus tard la partie ouest. Sauvegardé et restauré par la Municipalité de Montfermeil, le dernier bâtiment subsistant est devenu musée en 1983.

La visite du site comporte d’abord une conférence sur l’histoire de la ferme, suivie d’une découverte du bâtiment et de sa charpente du XVIIe siècle. Elle se poursuit par une visite libre des espaces dédiés à l’activité agricole, la préparation des sols (labour, hersage…), l’ensemencement et les soins à la plante (semailles, taille, sarclage, binage…), jusqu’à la récolte et les traitements associés (moisson, battage, vannage, vendange, vinification…) sans oublier les soins apportés aux animaux de trait.

Les visiteurs intéressés auront également la possibilité de visiter les autres salles du musée consacrées aux métiers de la forêt et aux métiers des artisans.

A propos du lieu

1 rue de l'Église 93370 Montfermeil
  • Musée, salle d'exposition

Le Musée des Métiers (anciennement Musée du Travail) a vu le jour en 1983, après de longues démarches qui ont permis de sauvegarder le dernier vestige de l’ancienne ferme seigneuriale datant du XVIIe siècle. Après la destruction du grand château de Montfermeil en 1929, l’ancienne ferme et les dépendances du château connurent bien des vicissitudes qui, de proche en proche, conduisaient à leur disparition inexorable, quand la municipalité de Montfermeil fit l’acquisition, en 1976, de ce dernier bâtiment menacé lui aussi de destruction. Restauré, il abrite maintenant, sous une admirable charpente, les outils que les cultivateurs, ouvriers et artisans utilisaient autrefois dans le nord-est de la région parisienne. La collection d’outils, constituée initialement sous la direction de Charles Peyre, alors président de l’association qui assure la gestion du musée, n’a pas cessé de s’enrichir depuis sa création. Organisé maintenant en métiers, le musée a tout naturellement pris le nom de Musée des Métiers en 2020.
Les outils conservés dans le musée ont été répartis dans quatre salles d’exposition, sur deux niveaux.
La première salle du rez-de-chaussée est consacrée à l’agriculture. En fait, il s’agissait primitivement de viticulture, des vignes ayant été plantées sur le versant sud du plateau dès le VIe ou VIIe siècle. Puis, avec la disparition de la vigne, vers le milieu du XIXe siècle, due aux maladies parasitaires et au développement des voies ferrées qui facilitait le transport des vins du Midi, l’horticulture s’est développée, vergers et maraîchage notamment. Les outils retracent donc ces activités agricoles, outils de vignerons ou de maraîchers mais aussi outils et objets se rapportant aux moissons.
La seconde salle du rez-de-chaussée est plus particulièrement consacrée aux métiers de la forêt, car le village de Montfermeil était alors en partie enclavé dans la forêt de Bondy. On y trouve donc les outils de bûcherons, scieurs de long, charbonniers… ainsi que ceux des artisans qui travaillaient le bois, charpentiers, sabotiers, tonneliers, charrons… et toute une série de pièges alors largement utilisés dans les champs et les forêts.
Dans le village, d’autres travailleurs s’activaient pour satisfaire les besoins de la population. Ces métiers artisanaux occupent tout le premier étage du bâtiment, forgeron, menuisier, ébéniste et tous les artisans qui contribuaient à l’animation de la vie locale, cordonniers, bourreliers, chaudronniers, tailleurs de limes, horlogers, bouchers…
Les métiers du bâtiment sont également représentés, carriers, tailleurs de pierre, maçons, plâtriers, serruriers, plombiers, couvreurs, carreleurs… ainsi que les métiers le plus souvent exercés par les femmes, blanchissage, repassage, filage, couture, broderie, dentelle, fabrication de fleurs artificielles en soie, cuisine…
Ce musée renferme un éventail des diverses activités qu’on pouvait trouver dans un village tel que l’était encore Montfermeil au début du XXe siècle.
A découvrir également la collection de matériels à traction animale, exposés à l’extérieur, brabants, faucheuse, râteleuse, faneuse…

Musée des Métiers