Ancienne Fonderie de Cloches

Visites guidées

  • Visite commentée / Conférence
  • Tarif préférentiel
BIT Vosges Côté Sud-Ouest

Le site, fermé en 1939, a été classé au titre des monuments historiques et est actuellement converti en musée des cloches. Le bâtiment a conservé deux fours, une grue en châtaignier de 1847, qui date du bâtiment, un palan sur rails et un atelier « forge ». Des pièces ont été aménagées pour exposer des gabarits des éléments de la cloche, des matrices pour les ornements, des ustensiles pour la fabrication. Des moules de grosses cloches sont disposées dans la fosse du grand four, ils concrétisent les explications données pour la fabrication d'une cloche et dans la pièce aménagée en musée, des dessins expliquent clairement le processus de fabrication.

Visites guidées dimanche 16 septembre de 14h30 à 18h00.

A propos du lieu

23, rue Porot, 88320 Robécourt
  • Édifice industriel, scientifique et technique
  • ,
  • Monument historique

C’est vers 1520 qu’apparaît le premier fondeur de cloches dans le village de Robécourt, et, vers 1550, un atelier est créé. Les Robert s’installent, puis les familles Herba, Thouvenot, Antoine, Messmann et Loiseau aux 18e-19e siècles. À cette époque, l'activité s’opère d’une manière ambulante ou semi-ambulante. Les premiers saintiers (fondeurs de cloches) de Robécourt viennent de la ville de La Mothe (dernier bastion Lorrain), où cette profession était largement répandue.

En 1846, Honoré PERRIN (1816-1873), alors fondeur à Huillecourt en Haute-Marne, s’installe dans le village de sa femme Apolline MARTIN. Suivant la coutume des saintiers, il accole le nom de son épouse au sien, et œuvre désormais sous le nom de PERRIN-MARTIN. Le 27 juillet 1847, il obtient l’autorisation d’établir une fonderie de cloches qui sera construite à l’écart du village. Elle est composée de deux fours, dont un à « réverbère ». Ferdinand FARNIER (1849-1924) reprend à son compte la fonderie de Robécourt le 6 août 1873. Il la dote d’un second four, celui de la fonderie de Vrécourt rachetée à Prosper ROSIER-MARTIN en 1876, et l’équipe d’un pont-roulant en bois, ainsi que d’ateliers annexes, forge, étuve, menuiserie. Georges FARNIER (1885-1964) construit un troisième four à "réverbère" équipé d'un pont-roulant métallique, ainsi qu'un four à creusets entre 1925-1927.

Fonderie de cloches BIT Vosges Côté Sud-Ouest