Jéricho - exposition photos “Jéricho” de Sandra Mehl

Jéricho - exposition photos “Jéricho” de Sandra Mehl

Arts Visuels / فنون بصريّة
Jéricho © Sandra Mehl

2018 : Sandra Mehl en résidence artistique à Jéricho

Diplômée de l’Institut de sciences politiques de Paris, et de l’École des hautes études en sciences sociales, Sandra Mehl a travaillé dans l’humanitaire, puis dans le développement urbain, avant de se consacrer à la photographie documentaire. Elle s’intéresse aux relations entre les hommes et leurs territoires de vie et développe à ce titre, en 2009, un travail sur les “checkpoints” entre Israël et la Cisjordanie : “Checkpoint chronicle”, à l’occasion du 20ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin.

Son travail photographique s’oriente ensuite vers les mondes populaires en France, devenant plus intimiste et s’inscrivant dans la durée. En parallèle de ses projets photographiques personnels, elle travaille régulièrement pour la presse française : Le Monde, Marie-Claire, Géo, Paris-Match, Libération, L’Obs, M - et étrangère : New York Times, Stern, Internazionale, Financial Times Week end magazine. De plus, elle réalise des commandes institutionnelles.

En 2018, l’Institut français de Jérusalem, dans le cadre de l’Année culturelle, l’invite pour une résidence de création artistique. Elle développe ainsi une série de clichés sur Jéricho et ses environs.

Jéricho

A 25 km de Jérusalem, Jéricho est l’une des villes les plus anciennes au monde, avec des traces remontant à 10 000 ans avant JC. Ancienne cité de villégiature des princes jordaniens et du roi Hérode en raison de ses températures clémentes l’hiver et de sa proximité avec la Jordanie, l’oasis millénaire continue d’être un lieu de répit et de distraction. Aujourd’hui, de nombreuses familles palestiniennes fuient, le temps des vacances ou d’un week-end, l’agitation tumultueuse de Ramallah ou de Jérusalem. Parcs d’attraction, Plage artificielle, Hotels confortables… C’est à Jéricho qu’elles viennent prendre du bon temps. Mais derrière la féérie qui se dégage de la ville se cache la réalité d’un conflit qui secoue toujours la région.