[EN LIGNE] Retour à Takht-i Sulaymãn : le décor séculaire en céramique dans l’Iran des XIIIe et XIVe siècles

Séminaire

Par rapport à la décoration religieuse à lustre métallique, il existe moins
de matériel et d’informations sur la décoration en carreaux de céramique profane de l’Iran du XIIIe au XIVe siècle. Cette différence provient du fait que tous les bâtiments séculiers ilkhanides ont été détruits ou abandonnés après leur utilisation, alors que de nombreux bâtiments religieux et funéraires ont survécu jusqu’à ce jour en raison de leur statut révéré, même si certains ont subi de lourdes réparations. Pour faire la lumière sur la production de carreaux séculiers au Kãshãn et l’application de ces carreaux aux bâtiments, au moins dans une certaine mesure, je vais revisiter la décoration en carreaux du palais d’été ilkhanide d’Abaqa à Takht-i Sulaymãn, le sujet de ma thèse de doctorat.

Intervenant
Tomoko Masuya (université de Tokyo)

___

À propos de ce séminaire : Medieval Kâshi Online

Lancé en 2020, le programme « Medieval Kâshi Online » propose, par l’intermédiaire d’une base de données, de rassembler l’intégralité des informations actuellement connues sur un corpus précis de carreaux de revêtement de céramique iraniens à décor de lustre métallique des XIIIe et XIVe siècles dont les inscriptions, outre des vers poétiques et de plus rares citations coraniques, présentent parfois des mentions susceptibles de mettre en lumière leur contexte de production (date, centre de production, signature, nom d’atelier). Le programme a pour ambition de redonner de la cohésion à un patrimoine dispersé, présent dans les collections publiques françaises comme internationales, et de le recontextualiser afin de le restituer, ne serait-ce que virtuellement, à sa région d’origine. Au-delà, il promeut une production artistique d’une grande richesse d’enseignement et de contenu au cœur de plusieurs disciplines (histoire sociale, histoire de l’art, histoire des techniques, histoire de la littérature). Ce projet s’appuie sur une communauté de chercheurs qui présenteront ici l’actualité de leurs travaux et une variété d’approches de ces corpus (histoire des techniques, lieux de production, histoire des collections, épigraphie), tout en abordant directement les enjeux de la mise en place d’une base de données.

En partenariat avec Sèvres – Manufacture et musée nationaux et le musée du Louvre

Comité scientifique
Viola Allegranzi (Institut d’études iraniennes de l’Académie autrichienne des sciences, Vienne), Sandra Aube Lorain (CNRS, Centre de recherche sur le monde iranien), Sheila Blair (Boston College), Anna Caiozzo (université Bordeaux Montaigne), Hamideh Choubak (Centre de recherche archéologique, ministère du Patrimoine culturel, du Tourisme et de l’Artisanat, Iran), Massumeh Farhad (Freer Gallery of Art et galerie Arthur M. Sackler, Smithsonian Institution, Washington), Farhad Kazemi (Service des musées de France), Maryam Kolbadinejâd (université Âzâd, Téhéran), Hayedeh Laleh (Laboratoire d’archéozoologie et d’archéométrie, université de Téhéran), Tomoko Masuya (université de Tokyo), Yves Porter (université d’Aix-Marseille), Martina Rugiadi (Metropolitan Museum, New York), Dmitry Sadofeev (musée de l’Hermitage, Saint-Pétersbourg), Tim Stanley (Victoria and Albert Museum, Londres), Oliver Watson (université d’Oxford)

Équipe scientifique et de coordination
Pauline Chevalier (INHA), Michèle Galdemar (INHA), Virginia Grossi (INHA), Delphine Miroudot (Sèvres – Manufacture et musées nationaux), Élodie Pomet (musée du Louvre)

Domaine de recherche
"Histoire des disciplines et des techniques artistiques", sous la direction de Pauline Chevalier