Tarik Hayward - Resolutions : zero. Hopes : zero.

Tarik Hayward aime jouer avec les limites, les habitudes, les (im-)possibles. Il expose trois oeuvres qui soulignent les liens potentiels entre l'invention de l'imprimerie et des politiques extrêmes.

Tarik Hayward - Unity Temple (2014)

Tarik Hayward (1979, vit dans la Vallée de Joux) aime jouer avec les limites, les habitudes, les (im-)possibles. Le plus souvent, il réalise lui-même toutes les étapes de la fabrication d’une œuvre, et il pratique de nombreux recyclages de matériaux. Son exposition au CCS est composée de deux œuvres spécifiquement conçues pour les lieux, une intervention dans la cour, Resolutions: zero. Hopes: zero., une sculpture dans la pièce sur cour, Niveau de sécurité, ainsi que d’un livre d’artiste, Indian Inkjet, présenté à l’accueil.

Resolutions: zero. Hopes: zero., 2018 (750 x 450 x 200 cm)
Bois de récupération, plaques d’imprimerie

La cour est occupée par une grande structure en bois de récupération, recouverte sur un côté de plaques d’imprimerie offset usagées, en aluminium, préalablement ondulées à l’aide d’une presse manuelle fabriquée par l’artiste, puis apposées à la manière des tavillons. Cette technique s’inspire des bardages métalliques traditionnels du Jura franco-suisse, destinés à imperméabiliser les façades exposées aux intempéries d’un bâtiment. Les plaques, récupérées à l’imprimerie de la Vallée de Joux, ont principalement servi à imprimer l’hebdomadaire régional, la Feuille d’Avis.

Le titre de l’œuvre, Resolutions: zero. Hopes: zero., est tiré de la réponse de Samuel Beckett à une question que le Times avait posée à des écrivains le jour de l’an 1984, envoyée depuis sa maison de Ussy-sur-Marne, autour de laquelle il avait construit un mur de parpaings pour se protéger des indiscrets, et ainsi se couper du paysage, bloquer l’horizon et annihiler une partie du ciel.

Tarik Hayward met donc en tension des liens potentiels entre l’invention de Gutenberg, qui a permis la diffusion de l’information et du savoir à grande échelle, et des murs érigés ça et là dans le monde, tant hier qu’aujourd’hui, pour séparer des terres et des peuples.

Niveau de sécurité, 2018 (200 x 160 x 6 cm)
Matériaux composites

Cette œuvre d’aspect minimaliste prend la forme d’une vitre pare-balles, posée à même le sol. Afin de répondre à la norme UL 752 (OTAN, pour un usage militaire, résistance aux fusils d’assaut et petites explosions), le verre a une épaisseur de 6 cm. Il a été entièrement réalisé par l’artiste, en plusieurs couches d’épaisseurs différentes, alternant PMMA, polycarbonate, résine et verre. La fabrication artisanale est volontairement visible, notamment avec des bulles et différentes marques laissées par les colles et résines, entre les couches. Ce type de verre est de plus en plus utilisé comme élément de protection dans divers contextes, il entourera d’ailleurs bientôt le bas de la tour Eiffel. Il a une face défensive qui stoppe les projectiles, et une autre qui les laisse passer. Tarik Hayward a choisi de placer la face défensive contre le sol.

Indian Inkjet, 2018
Livre d’artiste

Dans la Vallée de Joux, Tarik Hayward transforme sa maison. Pendant les travaux, il a cassé tout ce qu’il a pu à l’intérieur, et a scanné chaque fragment de la maison sur un scanner A3. Il a ensuite imprimé chaque image avec des imprimantes jet d’encre arrivée à leur stade d’obsolescence programmée, qu’il a reprogrammées. Chaque impression est différente, donc chaque exemplaire du livre est unique.

+ d'infos...

Tarik Hayward, Resolutions: zero. Hopes: zero, Centre culturel suisse, Vallée de Joux, imprimerie, offset, mur, bois, Centre culturel suisse

A propos du lieu

32-38 rue des Francs-Bourgeois

Situé au coeur du Marais, le Centre culturel suisse (CCS) a pour vocation de faire connaître en France une création contemporaine helvétique ouverte sur le monde, d’y favoriser le rayonnement des artistes suisses, et de promouvoir les échanges entre les scènes artistiques suisses et françaises. Le Centre culturel suisse est une antenne de Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture.
Le CCS comprend : deux espaces d’exposition (une galerie de 270 m2 et une "pièce sur cour" de 40 m2), une salle de spectacle pouvant accueillir une centaine de spectateurs ainsi qu’une librairie. Cette dernière, conçue par le bureau d’architectes Jakob+MacFarlane, propose une riche sélection d’ouvrages, de DVD et de CD d’auteurs, d’artistes ou d’éditeurs suisses. L’accent est mis sur l’art contemporain, l’architecture, le graphisme et la littérature.
La programmation est résolument axée sur la création contemporaine suisse et en reflète la diversité. Parallèlement à des expositions d’arts visuels, le Centre propose des manifestations consacrées à la danse, la musique, le théâtre, la littérature, le graphisme ou encore l’architecture.

Créé par Communication CCS Paris jeudi 18 janvier - 16:18