LES 7 PÉCHÉS DU CAPITALISME

Le Centre Wallonie-Bruxelles à Paris présente "Les 7 péchés du capitalisme" de Camille Dufour et Rafaël Klepfisch, à travers une phase d'inoculation, installation et performances.

© Laeticia Bica - Envie I, 44-100, affichée à Bruxelles

Après avoir présenté le travail de gravure de Camille Dufour en 2019 dans le cadre d’une exposition collective consacrée au Prix Médiatine, le Centre la re-convie autour d’un projet hybride porté avec Rafaël Klepfisch, développé en 2020, dans le cadre de la Biennale de l’Image Possible à Liège.

À la faveur de sa Saison Fractale_Visions Parallaxes parame tre e par la valeur heuristique du de sordre et de la dynamique de la the orie du chaos, le Centre Wallonie-Bruxelles|Paris vous convie à une ite ration de ce geste artistique.

En plaçant leur installation performance à l’échelle d’une ville, Camille Dufour et Rafaël Klepfisch renouent avec les origines de la gravure comme moyen de reproduction et de communication populaire. Les 7 péchés capitauxOrgueil, Gourmandise, Envie, Colère, Avarice, Paresse, Luxure – sont convoqués ici comme des thèmes d’analyse et de sonde de nos sociétés contemporaines.

Chaque péché – imprimé en cent exemplaires – est composé de deux gravures sur bois. L’une, figurée, destinée à être emportée par les passant.e.s ; l’autre textuelle, vouée à être complétée et augmentée par l’apport des visiteur.euse.s.

Pendant plus d’un mois, Rafaël Klepfisch et Camille Dufour affichent leurs diptyques dans les rues de Paris. Le projet se parachève par deux weekends de performances au CWB, les 8 et 9 mai et les 15 et 16 mai. Sur une presse, les artistes y impriment alors les deux derniers péchés de la série en public.

Les deux estampes, accrochées à même les abribus, les murs décrépits, les couloirs de gares, constituent autant de tentative de mettre l’œuvre en relation avec un public non dédié, de transcender l’espace muséal et de restituer à l’œuvre d’art sa puissance d’idiome de résistance.

À la fois référence aux revendications placardées en temps de troubles sociaux et tentatives d’infractions aux images dominantes, les impressions réalisées sont une invitation à regarder et poser un regard « parallaxe ». Sur le modèle de l’antique catharsis, l’intervention dans l’espace public entend faire remonter les maux refoulés de nos sociétés.

Le projet convoque les passant.e.s, en les incitant à s’emparer d’un espace public qui devient agentif.

Au cœur du dispositif, le public est invité à emporter les estampes afin de les afficher dans la ville. Mais, si les lieux de culture et d’art demeurent fermés, les estampes produites dans la galerie seront distribuées à même la porte du Centre WB, détournant le concept du clic&collect. Le dispositif se désanctuarise pour exister dans ce contexte d’interdits et de censure. Les participant.e.s terminent leur engagement par la photographie de leurs accrochages dans la rue, créant ensemble une vaste série photographique collective.

La performance relève de gestes : geste de graver, d’imprimer ; geste d’affichage, geste d’exister, de résister.

LES 7 PÉCHÉS DU CAPITALISME

Agenda:

  • Les 4 week-ends d'Avril : Inoculation dans les rues de Paris

  • 8 au 16 mai : Installation en galerie

  • Week-end du 8-9 & 15-16 mai : Performances en continu en galerie

Informations complémentaires:

Distribution d’estampes de « pe che » sur rendez-vous et re servation via cette adresse: reservation@cwb.fr avec comme objet du courriel : click & collect

Accueil pour les professionnel.le.s exclusivement sur réservation et rendez-vous et ce en raison du contexte sanitaire : reservation@cwb.fr

Ortsbeschreibung

127-129 rue Saint Martin, 75004 Paris
Centre Wallonie-Bruxelles I Salle d'exposition vinciane lebrun-verguethen