L’objet + astral – The Object Right

Exposition de Céline Minkyung Park

Le groupe de projet artistique et scientifique « Artfact » présente une exposition quelque peu atypique consacrée à Céline Minkyung Park.

À travers son œuvre, l’artiste aborde un sujet peu banal, celui de l’attirance sexuelle éprouvée envers des objets. Entre dilection et désir charnel, les personnes évoquées ici entretiennent un amour véritable pour des objets qui leur sont chers, comme elles le feraient avec des humains. Certaines vont même jusqu’à les épouser et parfois leur être infidèles, ce qui pose le problème de l’objet ainsi personnifié à l’extrême. On peut alors se demander si ce genre de relation amoureuse n’est pas complètement unilatérale, égoïste. Dans ce contexte, l’artiste cherche à savoir ce qu’il se passerait si les objets mariés à des humains disposaient du même droit au respect que leurs époux de chair et d’os. À ce thème, Céline Minkyung Park ajoute la notion d’« astral », qui désigne à la fois, pour elle, l’atmosphère stellaire et l’inconscience humaine.

La relation entre l’objet et l’humain sera ainsi mise en lumière par le biais de deux courts métrages, « The Object Right » et « The Object Marriage » (2018), ce dernier ayant été récemment présenté au Musée des arts décoratifs Victoria & Albert Museum de Londres. Plusieurs installations mettant en scène des objets adorés, ainsi que des costumes ayant servi lors du tournage des films précités, permettront la création d’un échange interactif avec le visiteur. Enfin, une conférence en présence de l’artiste, des commissaires de l’exposition et de quelques chercheurs inaugurera cet événement le 20 mars. Cette rencontre offrira au public la possibilité d’entamer une discussion avec les différents intervenants sur le thème de l’amour porté par des êtres humains à des objets inanimés.

Faisant du design critique son domaine de prédilection, Céline Minkyung Park est la fondatrice du « Studio Céline Park », de la « Galerie Céline Park » et du « Eyelove Art Center » de Séoul, en Corée du Sud. Elle a obtenu une licence de Beaux-Arts, option Communication Design, au PRATT Institute de New York en 2010. Après l’obtention d’un Master d’art en design d’interaction au Royal College of Art de Londres en 2016, l’artiste a notamment remporté le prix du meilleur Bioart pour son projet « Fungus inhale vaccination » au Musée des sciences de Gwacheon la même année. L’an dernier, elle a présenté son travail à Londres, ainsi qu’au Festival international du court métrage de Busan.

CENTRE CULTUREL

Expo, Paris, corée, Centre Culturel Coréen