Hippolyte Hentgen - Ficus

Chez le duo Hippolyte Hentgen, le dessin cohabite avec l'acrylique, le tissu, les volumes et les décors de théâtre. L’œuvre circule de la 2e à la 3e dimension, brassant les tons et les références

  • Exposition - Visite
  • Tout public
The Shelf Company

Attention - Le centre d’art est actuel­le­ment fermé jusqu’à nouvel ordre. Nous sommes tou­jours en attente d’une date de réou­ver­ture pro­chaine.
Professionnels contac­tez-nous !

.......

Hippolyte Hentgen
Ficus

Exposition du 21 avril au 20 juin 2021

Gaëlle Hippolyte et Lina Hentgen forment le duo Hippolyte Hentgen. Sous ce nom fictif, elles explorent à quatre mains un territoire de recherche principalement orienté vers le dessin et l'image, mais s'aventurent également dans d'autres champs de représentation, tels le spectacle et la musique. Puisant dans l'histoire de l'art comme dans la culture populaire, elles s'emparent des images iconiques ancrées dans notre mémoire collective et les restituent dans un immense collage protéiforme et composite. Les clichés culturels, usés jusqu'à la corde, entament une nouvelle vie sous la plume virtuose de Hippolyte Hentgen. À travers une large gamme de supports, de formats et de styles, l’œuvre flatte le plaisir rétinien et n'en finit pas de surprendre par sa verve colorée, drôle, parfois acerbe.

L’exposition à Albi, intitulée Ficus, sera spécifiquement développée pour les espaces de l’Hôtel Rochegude. Accessible et visible par tous, elle sera toutefois pensée en direction du jeune public. Il s’agit ici d’élargir le champ de l’imagination, pour aborder la création contemporaine comme une ressource qui développe chez le visiteur une liberté du regard et aiguise son appréhension du monde.

En France, « Ficus » est le nom familier qui désigne cette plante d’intérieur commune qui orne et quelquefois, survit pathétiquement, dans les lieux de passage, hall d’immeubles, open space et autres salles d’attentes. Omniprésente dans les magasines de mode des années 1970 et 1980, cette plante évoque le point de verdure qui rend un intérieur chaleureux et « soigné ». C’est la plante qui a emboîté le pas à L’Aspidistra, incontournable symbole décrit par Georges Orwell dans son roman Keep the Aspidistra Flying de 1936. Ce roman met en scène la classe
moyenne anglaise des années 1930, entre épuisement des désirs, des rêves et la convivialité : l'humble désir de vivre.

Ficus est pour Hippolyte Hentgen l’occasion de réfléchir à un lieu, d’en conserver l’emprunte et d’y combiner les préoccupations esthétiques qui persistent dans leurs recherches théoriques et formelles depuis 2007. Ficus, c’est la tentation de comprendre une idée singulière de l’héritage Pop français, des images de notre environnement classe moyenne de la fin des années 1970 et début 1980.
Ficus est un ensemble de décors à échelle réduite. À la façon d’un Rubik’s Cube, c’est un jeu d’assemblage, de mémoire, où chaque facette a sa matière, son ambiance, son histoire propre. Ici, tout est affaire de décor, de sémiotique, d’histoires potentielles où le sens des choses glisse et rebondit au gré des points de vue. Cet ensemble propose différents jeux d’échelles, de perspectives et de reflets qui intègrent et réfléchissent l’environnement qui l’accueille. L’hybridité propre à ces pièces doit également permettre aux artistes de poursuivre les sculptures molles entamées en 2019.

Hippolyte Hentgen a bénéficié de nombreuses expositions monographiques et a récemment exposé au MAMAC, Nice ; au Festival Le Printemps de Septembre, Toulouse ; au musée de l’Abbaye Sainte-Croix, Les Sables-d’Olonne et au Festival Hors-Pistes, Musée national d’art moderne Centre Pompidou. Leurs œuvres figurent, entre autres, parmi les collections du Centre national des arts plastiques (CNAP), Paris ; du musée de l’Abbaye Sainte-Croix, Les Sables-d’Olonne ; du MAC/VAL, Vitry-sur-Seine et de nombreux FRAC.

Ce projet a été sélectionné par la commission mécénat de la Fondation des Artistes qui lui apporté son soutien.

Type d'événement
exposition-visite
Type de public
tout-public