Retour

Rencontre autour de LA VERSION de Debora Levyh

Publié aux édition Allia l’été dernier, LA VERSION n’est pas passée inaperçu. Debora Levyh viendra nous présenter son parti pris pour l’écriture de son premier livre.

Entrée libre

Rencontre autour de LA VERSION de Debora Levyh

Nous aurons le plaisir d'acceuillir Debora Levyh, à la librairie Michèle Firk, le mercredi 28 février, à partir de 19h.
« Très franchement, je ne crois pas qu’on puisse parler d’un monde dans la langue d’un autre monde. Je ne veux pas dire que ce ne serait pas souhaitable, simplement que ce n’est peut-être pas possible. À moins de recourir à des artifices. Sauf que tout ça prend du temps, tout ça demande de l’énergie, et je ne crois pas qu’on en ait tant que ça. Parce qu’autant le dire clairement : je ne la parle pas leur langue, je ne l’ai jamais parlée. Avec le temps, j’ai fini par la comprendre. »

Avec la version, Debora Levyh nous entraîne à la rencontre d’un peuple imaginaire et insaisissable. Observation poétique de leur artisanat, leurs coutumes, leur rapport au temps et à l’écriture, ce récit aux accents anthropologiques nous plonge avec inventivité au cœur d’un groupe d’individus en mue perpétuelle, chez qui la notion d’identité n’a pas de valeur. La description de cette mystérieuse communauté est aussi l’occasion pour Debora Levyh de proposer une fine analyse sur la question du langage, et plus particulièrement sur la difficulté à parler d’une culture dans une langue qui n’est pas la sienne. Au-delà de sa force descriptive, ce premier roman brille par l’étrangeté de sa poésie, où l’onirisme côtoie des visions surréalistes aussi déroutantes que fascinantes.

Debora Levyh a construit et enseigné l’architecture sous différentes formes. Maintenant, elle met au point des installations documentales et fabrique des fictions non-narratives. Elle s’intéresse à des pratiques qui font communauté, aux formes possibles du vivant, aux sensorialités non-normatives, aux indicibles et aux non-dits, aux effets psychotropes de la parole, à la matérialité concrète du langage. Elle travaille seule chez elle, en duo avec Les Aethers et en collectif dans Prairie permanente. Elle vit à Bruxelles, et voyage le plus souvent sans se déplacer.
Le livre est publié aux éditions Allia.

Café librairie Michèle Firk

9 rue françois debergue 93100 Montreuil

  • Février 2024

    • Mercredi 28 19:00 - 21:30