13 - 20 juin 2021

Programme - Arts visuels

Programme - Arts visuels

Découvrez la programmation des arts visuels du festival Rio Loco 2021.

JP MIKA

(République Démocratique du Congo)

Du 13 au 20 juin à partir de 16h30

AFFICHE ET TOTEMS D’ENTRÉE DU FESTIVAL

PRAIRIE DES FILTRES
ENTRÉES PONT-NEUF ET SAINT-MICHEL

L'ART DE LA JOIE

Né en 1980 à Kinshasa, JP Mika s’intéresse très tôt au dessin. Issu d’une famille modeste, il se paye ses études secondaires et intègre en 2003, l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa puis l’Atelier de recherche en art populaire de l’artiste-peintre Chéri Chérin, qui devient son mentor. Son dessin est exceptionnel, sa peinture, vive, son art du portrait, sans équivalent. Comme son deuxième maître à penser, Chéri Samba, chez qui il puise un sens certain du détail, JP Mika se met en scène dans ses oeuvres, au travers notamment d’autoportraits. Petit à petit, l’artiste se détache de ses influences et développe son propre style : des portraits sur des fonds où l’explosion de couleurs se marie à de riches et denses motifs, tantôt fleuris, toujours exubérants, avec un vrai travail de composition. Son leitmotiv ? Peindre la Sape (Société des ambianceurs et des personnes élégantes), ce mouvement culturel proche du dandysme qui érige l’art de bien se « saper » comme un art de vivre. Car JP Mika s’habille comme il peint, est à la vie comme ses portraits sont à la toile. Un dynamisme tendre et joyeux transpire de son sourire comme de ses oeuvres auréolées d’un réalisme bienveillant et d’une énergie solaire. En témoignent l’affiche 2021 ou ces grands totems, à l’entrée du festival.

-----------------------

LES FEMMES PRENNENT LA COLLINE

(Mali - Sierra Leone - Nigéria - Congo - France)

Du 13 au 20 juin à partir de 16h30

EXPOSITION

PRAIRIE DES FILTRES
ESPACE VILLAGE

REGARDS PLURIELS

En partenariat avec la Résidence 1+2 qui associe la photographie et les sciences à Toulouse, « Les femmes prennent la colline » réunit six photographes africaines, d’horizons et de pratiques différentes, autour d’un même désir : poser un regard interrogatif et revendicatif sur les questions de l’identité et de la place de la femme dans les sociétés africaines, ses diasporas et ses multiples représentations. Le fil rouge de cette expo ? Un même message d’émancipation ou de progrès vers l’égalité de genre, en Afrique comme ailleurs. De Fatoumata Diabaté et Amsatou Diallo (Mali), de Rahima Gambo à Adeola Olagunju (Nigéria), de Godelive Kabena Kasangati (RDC) à Adama Delphine Fawundu (Sierra Leone), chaque photographe, avec sa pratique et sa sensibilité, donne à exprimer sa voix intérieure. Cette exposition collective est bâtie à partir d’un double commissariat, celui de la très engagée Fatima Bocoum (commissaire indépendante malienne associée à la biennale de Bamako 2019, activiste des droits des femmes et des filles) et de Philippe Guionie (directeur de la Résidence 1+2 et ancien commissaire à la biennale de Bamako 2015). En plus d’un regard transversal sur l’Afrique d’aujourd’hui à travers cet « instantané » de douze images exposées sur la Prairie, une rencontre-débat (le 12.06 à l’auditorium Les Abattoirs-Musée Frac Occitanie Toulouse) et un studio photo pour se faire tirer le portrait (à la galerie du Château d’Eau) s’offriront au public.

-----------------------

EVANS MBUGUA

(Kenya)

Du 13 au 20 juin à partir de 16h30

TOTEMS

PRAIRIE DES FILTRES
COURS DILLON

DES PORTRAITS ET DES HOMMES

Vibrants, légers, virevoltants. Mais aussi, riches de sens et de profondeur. Les portraits d’Evans Mbugua sont à la fois délicats et indociles, tournés vers des lendemains heureux, mais passeurs d’une vérité passée. Alternative joyeuse à la complexité du réel, cette oeuvre figurative semble dire l’urbanité et le métissage autant que la vie et la poésie du monde. Ici, ce sont les points qui créent le portrait. Et donnent le tempo comme le pouls de nos sociétés.Disposés sur de grands totems au Cours Dillon, ces portraits invitent à se nourrir de la différence et à s’abandonner généreusement à la joie. Comme pour mieux se retrouver.

-----------------------

MOUNOU DÉSIRÉ KOFFI

(Côte d'Ivoire)

Du 13 au 20 juin à partir de 16h30

OEUVRE COLLECTIVE

PRAIRIE DES FILTRES
ESPACE VILLAGE

DU DÉCHET À L'OEUVRE D'ART

https://www.facebook.com/74724253550/videos/432142627847503

En quelques années, l’Ivoirien Mounou Désiré Koffi est passé maître dans l’art de donner une deuxième vie… aux déchets électroniques. Son art envoie un message fort à la grande Afrique comme à l’Occident, noyé dans un consumérisme toujours plus grand. Son oeuvre, engagée, mixe autant les techniques que les symboles, s’empare de nos sociétés hyperconnectées en offrant un jeu de miroirs saisissant, où les composants électroniques mettent en lumière l’essentiel comme le factice. Cette année, 67 structures socio-éducatives participant au projet Valise Rio Loco ont assisté à un atelier artistique en ligne avec Mounou Désiré Koffi. Le principe : être sensibilisé au problème du non recyclage des déchets électroniques et créer une grande oeuvre collective inspirée de son travail : « Visages d’Afrique ». Des tutoriels, filmés depuis Abidjan, ont permis d’animer à distance cet atelier de pratique artistique et faire découvrir l’univers quotidien du peintre : l’atelier, les rues de la ville, le marché… Les participants ont ensuite pu réaliser pas moins de 300 dessins, constituant l’oeuvre collective qui sera exposée lors du festival. Une belle contribution malgré les difficultés dues aux confinements successifs, et un véritable défi relevé par les publics de La Valise Rio Loco !

-----------------------

BRUNO RUGANZU

& HELLEN NABUKENYA

(Ouganda)

Du 13 au 20 juin à partir de 16h30

EXPOSITION

PRAIRIE DES FILTRES
ESPACE VILLAGE

ÉCO-ART MAKER

Aux côtés de la plasticienne et compatriote Hellen Nabukenya, l’artiste ougandais Bruno Ruganzu a été accueilli en résidence au Quai des Savoirs, depuis la fin du mois de mai. Le projet ? Mêler l’art et les sciences, mais aussi l’engagement social et la culture maker, un mouvement issu de l’esprit DIY (Do It Yourself) qui touche à l’aspect technologique de la création, en recréant des objets du quotidien. Bruno Ruganzu, qui a développé des dispositifs de jeux pour enfants dans l’espace public de Kampala en Ouganda, a souhaité ici rendre hommage à « Luzira Head », l’une des plus anciennes sculptures en céramique subsahariennes jamais découvertes en Afrique. Cette oeuvre a été fabriquée à partir de déchets électroniques et plastiques des habitants de la métropole toulousaine en collaboration avec le Roselab La Cité/Région Occitanie, le Protospace/Airbus, FabLab CréaTech - MJC Saint-Jean, le FabLab La Gloire ASPAR, le FaBL’@rt/MJC de Blagnac, le FabLab de Saint Lys et le FabLab Thalès Alenia Space.

PATCHWORK SENSIBLE

Aux côtés de l’artiste et compatriote Bruno Ruganzu, la plasticienne ougandaise Hellen Nabukenya a été accueillie en résidence au Quai des Savoirs, depuis la fin du mois de mai. Le projet ? Explorer les frontières entre l’art et l’artisanat, tout en mettant en avant la culture maker, un mouvement issu de l’esprit DIY (Do It Yourself) porteur d’un fort engagement social, en travaillant à partir de déchets et de matériaux recyclés au bénéfice de communautés locales. Pour Rio Loco, l’artiste a souhaité poursuivre la confection d’une grande tenture collective réalisée en partie par des femmes ougandaises, puis finalisée dans la ville rose afin que ces communautés féminines échangent leurs témoignages et démontrent la sororité unissant les femmes d’Afrique ou de France. Une création réalisée avec l’association Partage Faourette, le Centre social de Jolimont et le Centre social de Soupetard.

-------

Billetterie : https://rioloco.festik.net/

Informations :

  • Ce billet vous donne uniquement accès à cette soirée. Chaque billet est vendu à l’unité, et donne accès à une seule scène par jour. Pas de vente de pass festival
  • Accès à la Prairie des Filtres : Cours Dillon, entre le Pont-Neuf et le Pont Saint-Michel
  • Toute sortie est définitive
  • Port du masque obligatoire, gel hydroalcoolique mis à disposition
  • Concert en format assis, placement assuré par le personnel Rio Loco
  • Distanciation sociale (6 personnes maximum)
  • Pass sanitaire obligatoire
  • Eco Loco : Pensez à prendre votre gourde (vide et en plastique uniquement)
  • Préventes obligatoires sur rioloco.festik.net pour bénéficier de la gratuité, dans la limite de 2 enfants de moins de 12 ans par adultes.