Jean Sgard (1891-1966) Orfèvre et graveur à Abbeville

Exposition temporaire, du 14 décembre 2021 au 19 mars 2022

Ville d'Abbeville

Abbeville est connu depuis le XVIe siècle pour être une terre d'artistes, en particulier d'orfèvres et de graveurs. La ville a vu naître, à la fin du XIXe siècle, l'une des dernières grandes figures en la matière : Jean Sgard (1891-1966).

L'artiste est graveur, bijoutier, dinandier, potier d'étain, peintre et aquarelliste. Récompensé à plusieurs reprises pour ces objets d'art, il obtient le titre de Meilleur Ouvrier de France en 1936 pour son travail d'orfèvre et, fait rare, obtient un second titre de Meilleur Ouvrier de France en 1961 pour son travail de graveur.

Jean Sgard a été très actif à Abbeville toute sa vie. À l'âge de 18 ans à peine, il expose pour la première fois à Paris, au Salon d'Automne, un vase de cuivre martelé « avec des coulées d'étain ». Ce dernier matériau devient son alliage de prédilection, dont il fera de nombreux objets qu'il montrera dans les plus grandes expositions, comme celle qui entérine le nouveau style appelé « Art Déco » à Paris en 1925.

En 1935, l'artiste est approché par Charles Decaux, archiviste de l'association des Caisses d’Épargne et agent général de la caisse d'Abbeville. Pour le centenaire de la caisse d'Abbeville, il réalise une médaille et un vitrail. Celui-ci sera montré pour la première fois au musée à l'occasion de cette exposition temporaire.

La boutique de Sgard se trouvait autrefois place Sainte-Catherine, à deux pas du vieux beffroi, dans une belle maison à pans de bois du XVIe siècle. Malheureusement, elle disparaît dans le bombardement de la ville le 20 mai 1940. L'artiste continue de travailler, mais abandonne peu à peu l'orfèvrerie pour se consacrer presque entièrement à la gravure. Membre éminent de la Société d’Émulation d'Abbeville, il réalise notamment le portrait de Boucher de Perthes en 1948 pour le centenaire de la publication de l’œuvre majeure du préhistorien, les Antiquités celtiques et antédiluviennes.

Jean Sgard obtient de la main de Max Lejeune la Légion d'honneur en 1951. Avec son épouse Madeleine, il s'installe ensuite à Cannes pour une paisible retraite. Mais l'artiste continue de créer et produit de nombreuses aquarelles, presque inconnues jusqu'à aujourd'hui. Il meurt à Abbeville en 1966 et est enterré au cimetière de la Chapelle.

L'exposition est la première à être consacrée à Jean Sgard au musée Boucher de Perthes depuis 1951. Elle est réalisée à partir des fonds du musée, des archives et de la bibliothèque patrimoniale d'Abbeville, du service du patrimoine et avec la participation de nombreux collectionneurs privés. La Caisse d’Épargne d'Abbeville participe également à l'événement en prêtant le précieux vitrail composé par Sgard, qu'elle conserve depuis 1935.

L'exposition est accompagnée d'un livre de 96 pages richement illustré édité chez Inevit (Lille). Ce livre, vendu au prix de 12 €, deviendra l'ouvrage de référence sur l'artiste.

A propos du lieu

Installé depuis 1954 pour partie dans l’ancien beffroi du XIIIe siècle, inscrit par l’UNESCO au patrimoine mondial, et dans la trésorerie du XVe siècle, le musée Boucher-de-Perthes présente des collections de nature encyclopédique. La section archéologique témoigne du passé de la région. Le fonds d’histoire naturelle évoque l’écosystème de la baie de Somme. Enfin, un ensemble de premier plan illustre l’évolution des beaux-arts et des arts décoratifs, avec comme points forts de précieuses sculptures et peintures des XVe et XVIe siècles, d'importants tableaux du XVIIIe siècle et des œuvres modernes de Camille Claudel ou Alfred Manessier.

Musée Boucher-de-Perthes