Emission Sciences en liberté sur radio libertaire

Les bactéries font de la résistance

Radio Libertaire

Ce qui paraissait singulier à Flemming, c’était le recul des colonies bactériennes entourées par les moisissures. Ce n’était pas le premier chercheur à découvrir l’intérêt des Penicillium puisque Ernest Duchesne, un médecin français l’avait déjà découvert, trente ans avant lui. Car il existe une guerre évolutive millénaire entre les bactéries et les eucaryotes, plantes, animaux, protistes et champignons. Les organismes produisent naturellement des antibiotiques qui inhibent la croissance des bactéries infectieuses. Depuis les années 1940, la médecine a développé les antibiotiques. Mais le problème n’est pas là. L’utilisation de cette arme antibactérienne est devenue massive. Poules, dindes, cochons, veaux, boeuf, prenaient plus de poids,

faisaient plus de viande. Un bonheur pour les marchands. En 15 ans la consommation mondiale d’antibiotiques avait augmenté de 65%. Mais ces animaux saturés d’antibiotiques pour accélérer leur croissance ont favorisé les bactéries résistantes jusque dans nos assiettes. Car les bactéries ont multiplié la transmission directe de ce nouveau caractère par échange entr’elles.

Voilà, l’antibiorésistance des bactéries n’a rien d’une fatalité. Si sa cause biologique reste dans l’évolution non darwinienne des transferts horizontaux de gènes, l’antibiorésistance a juste été un phénomène nourri par les agro-industriels. Nous sommes devant l’un des agissements mercantiles des plus néfastes d’un capitalisme aveugle et sourd. C’est à cause des usines polluantes, déversant des tonnes d’antibiotiques dans la nature, c’est à cause de la déficience politique des services sanitaires, c’est à cause des abus outranciers d’une production agro-industrielle d’animaux de boucherie que l’antibiorésistance des bactéries tuent des humains. Alors, oui, il nous faut une science enfin libérée des idéologies mercantiles pour libérer notre univers de ces systèmes qui détruisent le monde et pour découvrir la force de nos idées noires…