Prix littéraire Stéphane Frantz di Rippel

Révélations des Prix littéraires S.FRANTZ DI RIPPEL à 17h30 sur la Place de Gaulle

Villedebiot

Le 4 avril 2011, alors que la Côte d’Ivoire
est en pleine crise, le directeur du Novotel
d’Abidjan, Stéphane Frantz di Rippel,
est kidnappé avec trois autres hommes
d’affaires par des miliciens armés proches
de Laurent Gbagbo. Pour avoir refusé de
dire où se trouvaient les journalistes qu’il
avait pris soin de cacher, Stéphane
Frantz di Rippel sera torturé
à mort. Sa mort sera
annoncée le 2 juin 2011
mais son corps ne
sera jamais retrouvé.
Dès lors, le père
de Stéphane, Jacques
Frantz di Rippel,
installé à Biot depuis
de nombreuses années,
n’aura de cesse de
retrouver les coupables
afin qu’ils soient jugés.
« Jacky », comme on le surnommait
ici, est décédé en 2021 après avoir
vécu le procès des assassins de son fils
en avril 2017. Les principaux accusés
avaient alors écopé de peines allant de
6 à 20 ans de prison. Après avoir obtenu
l’accord de la famille de Stéphane et de Jacky,
la Ville de Biot a souhaité rendre hommage
à ce héros d’un jour, décoré de la Légion
d’Honneur à titre posthume le 25 février
2012, en créant un prix littéraire portant son
nom. Ce prix « Stéphane Frantz di Rippel
- Ville de Biot » est composé de trois
jurys qui décerneront le Prix des
libraires indépendants des
Alpes-Maritimes, le Prix de
la Ville de Biot et le grand
Prix « Stéphane Frantz
di Rippel - Ville de Biot ».
Il récompense un
ouvrage écrit par un
journaliste, sur un fait
vécu. Ce grand prix
sera décerné par un
jury composé de grands
reporters, certains ayant été
présents à Abidjan le 4 avril 2011, de
grands journalistes issus de Radio France
(partenaire de l’événement), TF1, France
Télévisions, Le Figaro, Le Monde, ainsi que
de la presse écrite, radio et télévision locales.