Cycle de conférences avec quatre figures francophones tripolitaines

Dans le cadre du Mois de la francophonie 2022, le CNF Tripoli de l’AUF et l’Institut français du Liban à Tripoli organisent un cycle de 4 conférences autour de thèmes transversaux.

AUF Moyen-Orient

Dans le cadre du Mois de la francophonie 2022, le Campus Numérique Francophone de l’AUF à Tripoli et l’Institut français du Liban à Tripoli organisent un cycle de 4 conférences autour de thèmes transversaux qui réuniront quatre figures francophones tripolitaines aux parcours remarquables : Bacem Bakhache, Fadi Mikati, Ahmad Shahine et Alexandre Khouri.

Chacun dans son domaine, de l’entrepreneuriat social à l’industrie culturelle en passant par l’employabilité ou le milieu associatif, ces quatre acteurs inspirants viennent présenter leur parcours aux lycéens, universitaires et professionnels du Liban-Nord dans des lieux cruciaux de Tripoli : la Chambre de commerce, l’Ordre des ingénieurs, le Campus du Liban-Nord de l’USJ et Al Rabita Thakafia.

17 mars, Alexandre Khouri à Rabita Thakafia : L’entrepreneuriat social, un modèle d’entreprise en plein essor

Qui est-il ? Alexandre Khouri, 34 ans, franco-libanais, est un entrepreneur, humanitaire, journaliste et artiste installé entre Marseille et Tripoli. Après une carrière dans les organisations internationales, il se lance en 2017 dans l’entrepreneuriat social. Fondateur de L’institut Levantin, du site web Levantine Online et du centre culturel Rumman, il milite pour un développement du Liban-Nord à travers ses projets multiples.

De quoi nous parlera-t-il? L’institut Levantin de Tripoli a été créé en 2017 afin de répondre à une demande grandissante de cours d’arabe en immersion linguistique dans un environnement différent que celui de Beyrouth. Entreprise sociale, elle milite depuis son ouverture pour une amélioration de l’image de Tripoli à l’international, supporte les enfants défavorisés dans leur cursus scolaire et s’engage pour un développement fort de la scène culturelle et artistique tripolitaine par le biais de son centre culturel Rumman.

18 mars, Ahmad Shahine à la Chambre de Commerce : L’employabilité en temps de crise

Qui est-il ? Ahmad Shahine est aujourd’hui enseignant à la Faculté de Sciences Économiques et de Gestion à l’Université Libanaise, branche 3. Depuis le début de l’année 2022, il est responsable de l’unité de formation et d’employabilité lancée par l’Association Libanaise pour la Recherche Scientifique (LASeR – ONG). Cette initiative a pour but de combler le fossé entre l’université et le marché du travail. Ahmad Shahine est par ailleurs directeur du Laboratoire d’Informatique et ses Applications (LIA-Liban) à l’école doctorale en sciences et technologies (EDST) de l’UL. Ses activités de recherches s’articulent principalement sur la fouille de données, le traitement d’images médicales, et la biométrie.

De quoi nous parlera-t-il ? Depuis octobre 2019, le Liban est confronté à la crise la plus grave de son histoire. Le chômage et la pauvreté ont atteint des pourcentages sans précédent. Les opportunités locales d’emploi sont devenues presque rares. L’objectif de la conférence est de mettre le point sur l’employabilité au Nord-Liban surtout en temps de crise, en exposant les défis et les difficultés d’employabilité et les moyens de les surmonter. Seront également présentés les objectifs et les services offerts par LASeR via son unité de formation et d’employabilité (UFE) et qui sont alignés avec les exigences continues et les opportunités du marché du travail.

22 mars, Bacem Bakache à l’Ordre des ingénieurs : La culture à Tripoli, opportunités et perspectives

Qui est-il ? Dr Bacem est membre du conseil municipal de Tripoli en qualité de président du comité de l’éducation et de la culture. Il est docteur ingénieur et enseignant à l’Université Libanaise (UL) dans la faculté de génie au Liban-nord. Par ailleurs, il est président de l’association culturelle Madinati.

De quoi nous parlera-t-il? En partant d’un questionnement actuel sur la place de la culture dans la société au Liban-Nord, Dr Bacem Bakhache questionnera les enjeux et défis de l’industrie culturelle, en focalisant sur le rôle et l’importance du secteur culturel à Tripoli. Après avoir listé les principaux acteurs, il mettra en lumière les opportunités et les perspectives d’avenir du secteur.

24 mars, Fadi Mikati au CLN de l’USJ : L’entreprenariat à Tripoli : les clefs du succès

Qui est-il ? Diplômé d’un MBA de l’Université libano-américaine à Beyrouth et d’une licence de gestion au Campus du Liban-Nord de l’USJ, Fadi Mikati est l’un des fondateurs du Tripoli Entrepreneurs Club (TEC), une association tripolitaine qui vise à encourager l’innovation et aider les nouvelles entreprises dans leurs parcours commercial et social. Avec le Tripoli Entrepreneurs Club, Fadi Mikati a participé à la création de plus de 200 entreprises. Il a également conçu des programmes de soutien et d’appui à plusieurs débutants dans le domaine du commerce et de l’entreprenariat. En parallèle, il co-dirige une association qui regroupe des entrepreneurs, des pigistes et des volontaires actifs, équipée d’une plateforme de communication et de réseautage.

Ces dernières années, il organise le Tripoli Start up Forum qui accueille en moyenne 1000 participants, en plus de plus de 70 startup et entreprises exposantes. Fort de 9 ans d’expérience dans le domaine du financement des petites et moyennes entreprises grâce à sa carrière chez Kafalat SAL, où il a analysé plus de 1000 projets issus des secteurs de l’industrie, de l’agriculture, du tourisme et de la technologie, Fadi Mikati est un conférencier rodé à l’exercice du TED, impliqué dans plusieurs activités culturelles aussi en tant qu’écrivain ou lecteur public de poésies.”

De quoi nous parlera-t-il ? Dans le contexte libanais actuel, Fadi Mikati parlera de l’importance d’adopter un état d’esprit entrepreneurial afin de conduire une carrière professionnelle à succès. Il parlera ainsi de sa propre expérience dans le domaine de l’entrepreneuriat, en prenant pour point de départ l’histoire du lancement du Tripoli Entrepreneurs Club (TEC) et de quelle manière cette association a eu un impact sur la société.

A propos du lieu

Tripoli