15 ans de sublime frequencies, programme du samedi 10 novembre
Théâtre Municipal Berthelot

6 rue Marcellin Berthelot 93100 Montreuil

  • Novembre 2018

    • Samedi 10 14:00 - 23:00

15 ans de sublime frequencies, programme du samedi 10 novembre

concerts, film, DJ sets

16€ / 14€

Créé en 2003 à Seattle par Alan & Richard Bishop avec Hisham Mayet, le label Sublime Frequencies est à la tête d’un catalogue de plus de 110 références qui regorge de pépites sonores et visuelles autant urbaines que rurales, traditionnelles que modernes. Principalement focalisé sur le continent africain, le Moyen-Orient et l’Asie du Sud-Est, Sublime Frequencies redéfini le paysage de l’ethnographie contemporaine et de la musique dite « du monde » avec une approche audacieuse qui ne cesse d’inspirer et de défier une nouvelle génération de musicologues, d’artistes et d’auditeurs. Pop irakienne des années 70, tân nhac vietnamien, rééditions de 78 tours birmans, ouvrages photographiques et documentaires… sont quelques exemples de la richesse foisonnante que donne à entendre et à voir le label. Durant ces trois jours qui marquent son 15ème anniversaire, Sublime Frequencies s’associe aux Instants Chavirés et au Théâtre Berthelot en proposant DJ sets et rencontres avec les fondateurs et contributeurs du collectif, projections de films documentaires, exposition sur l’histoire visuelle du label et bien sûr, soirées de concerts avec des formations venant du Burkina Faso, d’Indonésie et du noyau dur du label… En somme, un événement exceptionnel pour un beau voyage au milieu du mois de novembre !

Production Instants Chavirés & Sublime Frequencies en partenariat avec le Théâtre Berthelot

Ouverture des portes : 14h00 Plein tarif projections et concerts, sur place : 16 euros Tarif prévente en ligne (conseillé) projections et concerts : 14 euros Tarifs abonné.es Instants Chavirés & Montreuillois.es (réservation indispensable) : 14 euros Tarif uniquement après-midi de projections, en ligne et sur place (quantité limitée) : 8 euros PASS FESTIVAL 9, 10 & 11 NOVEMBRE > projections et concerts : 36 euros (quantité limitée en ligne et sur place)

Toute la billetterie en ligne : https://www.yesgolive.com/instants-chavires/

> > > Restauration légère entre 19h00 et 20h30

14H30: Projections

En présence des réalisateurs, ouverts à tout échange avec le public. La séance de projection débute à 14h30 précises et se termine peu avant 19h00. Elle comporte 4 films entrecoupés de quelques minutes de pause. Les films ne disposent pas de sous-titres en français mais restent tout à fait intelligibles car centrés sur l’image et le son.

lll Staring into the Sun (2011 – 70 min) Réalisation : OLIVIA WYATT

Considérée comme le second berceau de l’humanité, l’Éthiopie compte actuellement plus de 80 groupes ethniques. En 2009, la photographe et cinéaste Olivia Wyatt a suivi 13 tribus différentes en voyageant des hautes terres du nord à la basse vallée de l’Omo. À bord de taxis de brousse ou de camions de fret Isuzu, la réalisatrice a silloné le pays et livre un témoignage, entre autres, sur les cérémonies religieuses Zar, celles des mariages tribaux Hamer mais également, sur les chants polyphoniques de Borena… Présentés avec un regard enchanteur, ces sons et paysages captivants de la corne de l’Afrique, donnent lieu à un festin visuel et sonore.

lll Musical Brotherhoods of the Trans-Saharan Highway (2006 – 60 min) Réalisation : HISHAM MAYET

Filmé en 2005, principalement sur La place Jemaa el-Fna (« place des trépassés » située au sud-ouest de la médina de Marrakech au Maroc), Musical Brotherhoods of the Trans-Saharan Highway, présente un tableau musical dense et brut, composé d’un panel de virtuoses de divers instruments à cordes / percussifs qui gravitent autour de ce lieu inscrit au patrimoine mondial. Le film met en lumière une des dernières véritables musiques de rue, une musique aux accents extatiques et hallucinants, qui découle des anciennes confréries mystiques qui prospéraient autour des villes de Marrakech et d’Essaouira, où les caravanes commerciales se rassemblaient au cours de leurs longs voyages sur l’autoroute transsaharienne. Un incontournable pour les amateurs d’instruments à cordes tels que le oud, le quembri ou la mandoline.

lll Sumatran Folk Cinema (2006 – 60 min) Réalisation : ALAN BISHOP & MARK GERGIS

Sumatran Folk Cinema est un collage psychédélique d’images et de sons pris au coeur de la culture de l’île ouest indonésienne. Le film est une expérience foisonnante où la musique rock Dangdut s’entremêle à des scènes de rues, des extraits bruts de télévision, des orchestres Minang, des artefacts audio-visuels… le tout créant un formidable kaléidoscope de 60 minutes. Sumatra est le point d’entrée nord-ouest de l’archipel indonésien. Ses 50 millions d’habitants sont principalement musulmans et parlent la langue nationale du bahasa indonésien. La plus grande partie du film a été réalisée en deux semaines en août 2004, dans les villes de Medan, Padang, Bukitinggi et Padang Panjang. Toute la matière a été tournée avant que le Tsunami ne détruise, le 26 décembre 2004, la ville de Banda Aceh et les zones côtières du nord-ouest d’Aceh.

Le segment sur Bandah Aceh a été tourné par David Martinez en 2003. Les images additionnelles des rebelles du mouvement GAM (Mouvement pour un Aceh libre) contre un cortège gouvernemental, ont été filmées par Billy Nessen en 2001.

lll Cambodian Videocassette Archives (2016 – 25 min) Réalisation : MARK GERGIS

Cambodian Videocassette Archives est un assemblage très fourni d’images et bandes son extraites de cassettes audio et VHS khmères (films de série B, horreur, melo, comédie…), produites aux Cambodge et aux États-Unis à la fin des années 1980. Le contenu du film a été collecté par Mark Gergis en Californie, entre 2000 et 2010 dans des boutiques cambodgiennes spécialisées (cassettes vidéos, musique de karaoké…).

Le contexte était le suivant : au milieu des années 1980, la première génération de médias cambodgiens de l’après-guerre a commencé à émerger des communautés de la diaspora à travers les États-Unis et en Europe. Les cassettes audio et vidéo VHS sont apparues en quantité autour de 1984. La musique cambodgienne de la diaspora à cette époque, mettait souvent en vedette des chanteurs en herbe qui se sont fait un nom en se produisant dans les restaurants et les clubs de leurs communautés locales. Les répertoires sont autant d’interprétations de chansons khmères vénérées des années 1960 que des musiques originales qui empruntent aux styles traditionnels et occidentaux. Certains ont même flirté avec les influences contemporaines du disco ou de la new wave, tandis que d’autres pratiquaient des ballades plus traditionnelles ou de la musique de danse de style romvong.

19h00

> DJ sets des fondateurs et contributeurs du collectif Sublime Frequencies. > Exposition éphémère présentant une histoire visuelle des 15 années d’existence du label : artwork, flyers, affiches et autres documents visuels rares. > Tables de disques, livres, goodies & merchandise exclusif pour l’événement.

20H30 Concerts

lll KINK GONG

Kink Gong alias Laurent Jeanneau, s’est au fil du temps spécialisé dans l’enregistrement des minorités ethniques, en particulier du Sud-Est Asiatique. Auteur d’une collection de plus de 160 albums, son travail est désormais largement reconnu à travers le monde. En situation de concert, fort de cet imposant recueil, il manipule, assemble, et recompose ses enregistrements de terrain, créant ainsi de nouveaux paysages sonores. Une musique expérimentale des détournements, en marge d’un psychédélisme biaisé, où l’ethnie et les origines sont encore à découvrir.

Kink Gong vient de sortir un enregistrement dans une belle édition vinyle « Tibetan Buddhism Trip » sur le label Akuphone.

Son impressionnant catalogue de field rescordings est consultable ici.

http://kinkgong.net/

BABA COMMANDANT AND THE MANDINGO BAND

Baba Commandant & The Mandingo Band est un groupe contemporain du Burkina Faso. Venant de Bobo-Dioulasso, le groupe est ancré dans les traditions musicales mandingues de leur héritage ancestral. Le chanteur énigmatique Baba Commandant (Mamadou Sanou) est un personnage original et excentrique qui est très respecté dans la communauté musicale burkinabé.

Le style musical de Baba Commandant and The Mandingo Band est basé sur l’Afrobeat, s’inspirant de l’âge d’or de la musique nigériane, Fela Kuti / Afrique 70 et King Sunny Adé et le légendaire growler malien Moussa Doumbia mais on retrouve également toutes les influences de la culture mandingue par l’instrument de Baba Commandant, le Kamelan n’goni (instrument des chasseurs Donso de la région de Bobo Dioulasso) et les paroles en Djula.

Le groupe actuel comprend le légendaire guitariste Issouf Diabate, le bassiste Mossibo Taragna, et et le batteur, Mohamed Dana.

Chaque concert est une démonstration spectaculaire basée sur la rythmique afro-beat, la musique et la danse sont non stop. C’est une cérémonie où les cœurs battent au rythme de la communion physique extatique. Baba Commandant and The Mandingo Band est une formidable force, ancrée dans la culture musicale underground de Ouagadougou.

« The band has become an interlocking hydra of complex funk and cosmic guitar explosions. » SF

Ce concert est l’occasion de fêter la sortie du nouvel LP/CD de Baba Commandant « Siri Ba Kele » sur Sublime Frequencies.

http://www.sublimefrequencies.com/

Après le concert, DJ sets du collectif Sublime Frequencies pour clore la soirée